Retour

Le navire de bauxite qui était coincé dans les glaces arrive à La Baie

Un bateau transportant de la bauxite en provenance de l'Afrique de l'Ouest est resté coincé deux jours dans la rivière Saguenay avant qu'un brise-glace de la Garde côtière canadienne puisse le sortir de sa fâcheuse position pour lui permettre de se rendre à destination, soit aux installations portuaires de Rio Tinto dans l'arrondissement de La Baie.

Pour pallier le retard, la multinationale a dû puiser dans ses réserves de bauxite afin de fournir en matières premières l’usine Vaudreuil du Complexe Jonquière. Une situation que la compagnie a vertement critiquée.

« Puisqu’on opère 24 heures sur 24, sept jours sur sept, on ne peut pas arrêter nos usines. C’est pour cette raison-là que les matières premières doivent continuer à être acheminées de façon fiable et efficace », mentionne la porte-parole de l’entreprise, Xuan Lan Vu.

La compagnie réclame que le service de brise-glace soit amélioré pour éviter que le scénario se répète.

Manque de brise-glaces

La flotte de brise-glaces est vieillissante et plusieurs bateaux sont présentement en réparation.

Pour arriver à décoincer le Rio Tamara, la Garde côtière canadienne a dépêché le Earl Grey, qui se trouvait à Terre-Neuve cette semaine. C’est ce qui explique le délai d’intervention.

« On est arrivé un peu en retard. On n'a pas pu rencontrer nos niveaux de service pour cette demande d'escorte-là, mais heureusement elle est arrivée », indique la commissaire adjointe dans la région du Centre et de l’Arctique pour la Garde côtière canadienne, Julie Gascon.

L'âge moyen des six brise-glaces qui desservent le golfe du Saint-Larent, le fleuve Saint-Laurent et le Saguenay est de 36 ans, alors qu'elle est généralement de 20 ans pour les navires de la marine marchande.

Arrivée à bon port

Le Rio Tamara a pu accoster aux installations portuaires en début d’après-midi samedi. Il faudra trois jours pour le décharger de sa cargaison.

Rio Tinto estime que d’autres retards sont à prévoir dans les prochains jours pour les autres chargements de bauxite qui sont actuellement en direction du port.

La multinationale soutient que cet incident lui coûtera plusieurs dizaines de milliers de dollars.

D'après le reportage de Meghann Dionne

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine