Retour

Le Partenariat transpacifique fait réagir au Saguenay-Lac-Saint-Jean

L'entente de principe sur un Partenariat transpacifique (PTP) entre les ministres du Commerce international de 12 pays, dont le Canada, soulève des réactions mitigées au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les producteurs de bleuets réagissent positivement à cette entente. Selon le directeur de l'entreprise Bleuets sauvages du Québec, Jean-Eudes Senneville, l'abolition éventuelle de tarifs douaniers élevés avec d'importants clients, comme le Japon, aura des conséquences importantes. Il croit que cela permettra aux entreprises comme la sienne de lutter à armes égales avec ses concurrents, comme le Chili, l'Argentine et la Nouvelle-Zélande.

De son côté, le Syndicat des producteurs de bleuets voit dans l'entente de principe une occasion inespérée pour ses 400 membres de pouvoir accroître leurs parts de marchés en Asie.

Crainte des producteurs laitiers

Le président de la Fédération de l'Union des producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Yvon Simard, croit que le Partenariat transpacifique est une brèche dans la gestion de l'offre.

Le système de gestion l'offre assure une stabilité dans le prix du lait, tant pour les producteurs que pour les transformateurs. D'ici cinq ans, les pays étrangers auront accès au marché à une échelle de 3,25 %.

Avec la baisse du prix du lait observé dans les derniers mois, l'entente vient ajouter à l'inquiétude des producteurs laitiers, selon M. Simard.

« Ça met un peu un climat de morosité, dit-il. On voit des ventes de quotas comme ça fait bien longtemps qu'il ne s'en est pas fait. Ça démontre une inquiétude des producteurs. Il y en a qui décident prématurément de lâcher la production à cause de la baisse de revenus. »

Même si le gouvernement s'engage à dédommager les agriculteurs pour les pertes engendrées, ceux-ci ne croient pas qu'ils obtiendront leur juste part du gâteau.

« Dans les compensations, souligne le producteur de lait Michel Potvin, il y en a une partie pour les quotas, 1,5 milliard, et une partie pour le transformateur. Donc, on a bien compris que les transformateurs allaient être affectés par ça. Ils allaient avoir besoin de modernisation ou de quelque chose de semblable. Et on a parlé aussi de recherche. Donc à mon avis, il en reste plus bien gros pour les producteurs. Moi je pense qu'on n'aura pas un sou de ça. »

De son côté, le ministre sortant, Denis Lebel, se veut rassurant. « On parle d'une somme versée en moyenne aux agriculteurs, dit-il. Vous avez déjà vu comment ça fonctionne, c'est 2087 $ par vache. Ce qui fait que quelqu'un qui a 50 vaches, faites le calcul vite, c'est plus de 100 000 $ que ce producteur-là va avoir pour les pertes potentielles par rapport à sa production. »

Réaction politique

Le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans Chicoutimi-Le Fjord, Dany Morin, s'inquiète de l'impact du Partenariat transpacifique sur l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Il assure que si cette entente a un impact négatif sur les fermes familiales de la région, le NPD va s'y opposer une fois au pouvoir.

Plus d'articles

Commentaires