Retour

Le Parti québécois prépare sa rentrée parlementaire en santé

La porte-parole du Parti québécois (PQ) en santé Diane Lamarre et le chef par intérim du parti, Sylvain Gaudreault, ont rencontré des représentants du secteur de la santé au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour préparer leur rentrée parlementaire.

Ils voulaient connaître les effets qu'avait eus la réforme Barrette au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour les usagers et les travailleurs. Ils ont échangé avec des syndicats, des comités d'usagers et différents organismes.

Il a été question, entre autres, de la création du Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux (CIUSSS) et du projet Optilab, qui vise à regrouper les analyses de laboratoires du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec à l'hôpital de Chicoutimi.

« On a voulu d'abord s'orienter sur les gens qui vivent des soins de santé, qui ont à affronter le milieu hospitalier, le milieu de la santé, mais qui n'ont peut-être pas nécessairement les ressources ou toujours les moyens d'être devant les caméras, explique Sylvain Gaudreault. C'est important aussi que ces gens-là puissent s'exprimer. »

Diane Lamarre et Sylvain Gaudreault souhaitent poser des questions au ministre Gaétan Barrette à l'Assemblée nationale.

Mme Lamarre a notamment commenté le fait que le Lac-Saint-Jean ne soit pas représenté au conseil d'administration du CIUSSS. Selon elle, les sous-régions doivent être présentes à la table des décisions.

« C'est ça qui arrive quand on concentre le pouvoir, dit-elle. Les enjeux qui sont pourtant très réels et qui causent des préjudices à la population sont dissouts dans une multitude d'autres demandes, dont des compressions budgétaires qui ont, elles, toujours l'air d'être en premier en haut de la liste. Et les besoins des patients ne sont pas résolus. »

Jonquière-Médic

Sylvain Gaudreault et Diane Lamarre ont également rencontré les représentants de Jonquière-Médic pour faire le point sur leur situation. La porte-parole en matière de santé souhaite que le ministre Barrette fasse une exception pour le service de médecin à domicile de l'arrondissement de Jonquière pour qu'il puisse poursuivre ses activités.

Jonquière-Médic a obtenu un sursis au début du mois, alors que la plupart des médecins qui y travaillent ont accepté de prolonger leur contrat jusqu'à la fin de l'année.

Plus d'articles

Commentaires