Retour

Le projet d’école de demain confié à trois personnalités suscite la grogne

Les syndicats d'enseignants sont en colère contre le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, qui a fait appel à trois personnalités, dont Pierre Lavoie du Grand défi qui porte son nom, pour réfléchir sur l'école de demain.

Le trio qui comprend aussi le chef cuisinier et entrepreneur, Ricardo Larrivée et un architecte de Québec, Pierre Thibault, disposera d'un budget annuel de 1,5 million $ pour concevoir ce que pourrait être l'école du futur au Québec.

Dans le document budgétaire, le gouvernement du Québec précise que le milieu de vie qu'il veut créer en est un qui « donne le goût aux enfants d'apprendre et qui facilite le travail des enseignants, en imaginant les plans et les concepts d'une école contemporaine et mieux adaptée ».

Cette annonce est jugée déprimante et dévalorisante par la présidente du Syndicat de l’enseignement du Saguenay, Aline Beaudoin. Elle se demande comment le gouvernement peut trouver l'argent pour réfléchir à l'avenir alors que les écoles tombent en ruine et que le gouvernement Couillard sabre dans les budgets des commissions scolaires.

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo vendredi, Aline Beaudoin a déploré surtout que les vrais acteurs de l'éducation ne soient même pas consultés dans le cadre de ce projet.

« Ça lance le message que les enseignants n’ont pas les compétences requises pour pouvoir penser l’école de demain, dit-elle. Ça prend absolument des gens de l’extérieur, des gens qui sont dans l’entrepreneuriat, qui eux sont meilleurs. Ils savent ce que c’est eux une classe. Ils savent ce que c’est une école. Ils ont géré ça dans leur vie. C’est faire fi de la compétence des enseignantes, des enseignants, même des gestionnaires. C’est faire fi de tous les gens qui sont déjà présents », a déclaré la présidente du Syndicat des enseignants de Saguenay.

L'enveloppe de ce projet était identifiées dans les documents budgétaires déposés cette semaine par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao.

Plus d'articles

Commentaires