Retour

Le projet de loi 71 accueilli avec scepticisme par les concessionnaires automobiles

La Corporation des concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean fonde peu d'espoir à la suite du dépôt du projet de loi 71 visant le retour au travail des 450 employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean touchés par un lock-out depuis 33 mois.

Les membres de la corporation doivent se réunir la semaine prochaine en assemblée générale pour déterminer la suite des choses.

Dans son projet de loi, le ministre du Travail, Sam Hamad, prévoit une période finale de médiation pour le renouvellement de la convention collective des syndiqués et les modalités de retour au travail. Il fixe également une date limite pour ce retour au travail, qui doit être déterminée par les parties en médiation, mais ne doit pas excéder 50 jours après la sanction de la loi.

Le directeur général de la Corporation des concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Sylvain Gauthier, est sceptique devant le processus établi par le ministre, surtout si les parties se retrouvent devant le même médiateur, Normand Gauthier.

« Le syndicat annonce publiquement qu'il ne bougera pas, le syndicat annonce publiquement que l'employeur est un drôle de personnage, comme il le qualifie. M. Gauthier, lui, émet une hypothèse de règlement le 30 octobre, hypothèse que l'employeur a acceptée et que le syndicat a refusée et que ce même M. Gauthier n'a pas été capable de défendre, et on dit aux parties : "rassoyez-vous, trouvez une solution." Il faut comprendre que cet exercice-là est utopique », croit le représentant des concessionnaires.

Sylvain Gauthier accuse aussi le syndicat de parler des deux côtés de la bouche en affirmant publiquement être prêt à négocier et en ne montrant aucune ouverture à la table de négociations.

« L'employeur a accepté de travailler à partir de l'hypothèse de travail du médiateur, dit-il. Ça veut dire que ce n'est plus de travailler à partir du projet patronal, c'est travailler en recherche de solutions donc se fier sur l'analyse d'un tiers qui a eu l'occasion d'écouter les parties et de dire que la piste de solution ne passe pas là. »

Projet de loi « assassin »

Selon le directeur général de la Corporation des concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le gouvernement du Québec envoie un drôle de message aux entrepreneurs en intervenant dans un conflit de travail privé.

« C'est un projet de loi assassin en regard de l'entrepreneuriat québécois, soutient Sylvain Gauthier. On vient de dire au québécois entrepreneur : "tu n'as plus le droit de gestion dans ton organisation quand tu voudras la redéfinir pour lui donner l'oxygène requis pour mieux servir ta clientèle, conséquemment de demeurer actif dans tous tes pans d'activités". »

Les concessionnaires automobiles déplorent l'intervention du gouvernement du Québec dans le secteur privé, qui n'est pas dans son champ de compétence.

Plus d'articles

Commentaires