Retour

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean dénonce l’imposition d’une autre taxe par les États-Unis

Les droits antidumping imposés lundi par les États-Unis sont dénoncés par l'industrie forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il faut dire qu'en ajoutant les droits compensatoires imposés en avril, les producteurs de bois subissent des tarifs de 27 % en moyenne.

L’entreprise Produits forestiers Résolu (PFR) doit quant à elle verser 18 % en surtaxes aux Américains.

Toutefois, ces droits risquent d’avoir peu de conséquences pour l'entreprise qui possède plusieurs scieries au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon le porte-parole de la compagnie, Karl Blackburn, les surtaxes surviennent dans un contexte économique favorable, alors que l'industrie de la construction bat son plein aux États-Unis. Il explique que la surtaxe est donc refilée aux consommateurs américains.

« Il est clair que la demande pour les produits de bois de construction est importante, ce qui fait que le marché absorbe en quelque sorte ces droits compensateurs malheureusement qui nous sont imposés du côté américain », explique Karl Blackburn.

Karl Blackburn ajoute que Produits forestiers Résolu, forte de l'appui du gouvernement du Québec, est déterminée à se battre jusqu'au bout pour obtenir encore une fois gain de cause contre les États-Unis.

Le maire de Saint-Félicien garde espoir

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, croit que la région et la province doivent se retrousser les manches. Il participait à une rencontre à Québec avec le premier ministre Philippe Couillard au sujet des mesures économiques imposées par l’administration Trump.

Appelé à commenter la crise du bois d’œuvre, il a affirmé avoir bon espoir que le Saguenay-Lac-Saint-Jean sorte de la crise.

« La réalité est là, il faut prospecter peut-être de nouveaux marchés, de nouveaux produits, ne pas se laisser abattre. Et puis, le fait que tout le Québec, tout le pays est derrière nous, c’est des signaux d’espoir qu’on a besoin », a affirmé le maire qui fait partie du comité forêt de l’Union des municipalités du Québec.

La chef du Bloc québécois veut aider la région

En tournée au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, a rencontré plusieurs intervenants du milieu forestier.

Selon elle, il faut absolument que le régime forestier québécois soit reconnu par les États-Unis. Elle a d’ailleurs rappelé en entrevue qu’elle a participé à sa mise en place lorsqu’elle était ministre des Ressources naturelles avec le Parti québécois.

« Moi, je pense que le gouvernement canadien n’a pas fait son travail. Le nouveau régime forestier québécois, […] il n’a pas été défendu aux États-Unis. On le voit que le gouvernement du Canada ne fait pas son travail de défendre le régime forestier du Québec et là, on se retrouve avec deux taxes coups de poing contre l’industrie forestière. On parle de 60 000 emplois au Québec et beaucoup au Saguenay-Lac-Saint-Jean », a-t-elle affirmé lors d’une entrevue à Café, boulot, Dodo.

Selon elle, les députés du Bloc québécois peuvent aider la cause de l’industrie québécoise en faisant des pressions à Ottawa. Elle souhaite d’ailleurs trouver un candidat sensible à cette cause dans la circonscription laissée vacante par le conservateur Denis Lebel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine