Retour

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean s’allie à la Norvège pour développer le tourisme d’aventure

Une délégation du Saguenay-Lac-Saint-Jean régionale a signé un partenariat officiel avec l'organisme norvégien NCE Tourism Fjord Norway lors d'un récent sommet mondial sur le tourisme, en septembre, afin de développer et faire la promotion du tourisme d'aventure.

Le directeur du créneau d'excellence en tourisme d'aventure et écotourisme, Gilles Simard, précise que les régions pourront ainsi échanger et approfondir leurs expertises.

« Quelles sont les façons de faire en matière de tourisme d'aventure là-bas. Les façons de faire des entreprises, comment les entreprises travaillent, comment elles se développent. Et puis la même chose, les gens de la Norvège vont pouvoir venir nous visiter ici pour voir les meilleures pratiques de notre région », ajoute-t-il.

Selon Gilles Simard, la tenue du sommet Adventure Elevate dans la région au début de l'été a contribué à sceller cet accord avec la Norvège.

En plus de miser sur un climat et des paysages similaires de fjords, les deux régions proposent des produits touristiques connexes.

Comme le fait le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Norvège développe activement le tourisme d'aventure et l'écotourisme depuis 20 ans. Des pourvoyeurs en loisirs, comme le Parc aventures Cap Jaseux de Saint-Fulgence, pourraient profiter du partenariat.

« On a des entreprises de différentes tailles : petites, moyennes, que ce soit du privé ou du coopératif. Donc la Norvège a beaucoup à apprendre de nos pratiques d'affaires ou de nos modèles en matière de sécurité, indique la directrice générale du Parc aventures Cap Jaseux, Rebecca Tremblay. En matière de commercialisation, d'image, c'est de ce côté-là peut-être que nos entreprises peuvent être intéressées à aller chercher de l'expertise. »

C'est la première fois qu'une région du Québec conclue une entente à l'international en tourisme d'aventure. Les deux partenaires souhaitent d'ailleurs impliquer des finissants en tourismes et des stagiaires pour qu'ils puissent faire voyager le savoir entre deux continents.

D'après les informations de Frédéric Tremblay

Plus d'articles