Retour

Le vaccin contre la grippe pourrait n'avoir que très peu d'impact sur la souche dominante

Alors que l'administratrice en chef de la santé publique du Canada affirme que le vaccin contre la grippe pourrait, cette année, être inefficace contre une souche particulièrement virulente de l'influenza A, les urgences du Québec débordent en raison de cette souche, qui touche un nombre important de citoyens.

« Au Canada, il est encore trop tôt pour savoir quelle sera l'efficacité de ce vaccin, a déclaré Theresa Tam à CBC News. Il y a un potentiel... de faible efficacité vaccinale, mais on ne sait vraiment pas pour l'instant. »

La faiblesse du vaccin est une réelle possibilité, poursuit Mme Tam, puisque les pays de l'hémisphère sud, qui vivent leur saison grippale avant les pays de l'hémisphère nord, ont connu une « mauvaise efficacité vaccinale » contre le H3N2, cette souche d’influenza A qui tend à causer des maladies plus graves chez les personnes vulnérables, y compris les personnes âgées et les enfants.

Des études suggèrent aussi que le processus de fabrication du vaccin pourrait avoir compromis son efficacité contre le H3N2, parce qu'il peut subir une mutation lorsqu'il est cultivé dans des œufs. Le Canada utilise des vaccins à base d'œufs, explique Mme Tam.

Les fabricants de vaccins, l'Organisation mondiale de la santé et d'autres organismes étudient la question afin de déterminer si c'est le cas, dit l'administratrice en chef.

Elle ajoute qu’il est « très important de le faire, à mesure que nous planifions les programmes de vaccins pour les années à venir et que nous formulons nos recommandations ».

La grippe B apparaît tôt

La possibilité d'une faible efficacité du vaccin rend encore plus importantes les autres mesures que peuvent prendre les Canadiens pour se protéger contre la grippe, explique Theresa Tam, notamment le lavage des mains, la toux dans la manche, l'élimination des mouchoirs usagés et le fait de rester à la maison quand on est malade.

La médecin rappelle qu'il existe aussi des médicaments antiviraux, comme le Tamiflu et le zanamivir, pour traiter la grippe et aider à prévenir les épidémies, par exemple dans les foyers de soins de longue durée ou dans d’autres établissements.

Les gens devraient quand même se faire vacciner contre la grippe, dit la numéro un de la santé publique, puisque le vaccin offre une protection contre de multiples souches.

« Considérant le mélange de virus grippaux qui circulent actuellement ainsi que d'autres qui pourraient s’ajouter plus tard dans la saison, nous recommandons toujours le vaccin pour quiconque âgé de plus de 6 mois », avertit-elle.

Selon des données publiées vendredi par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) dans son plus récent rapport « Surveillance de l'influenza », la grippe B circule plus tôt que d'habitude cette année.

Bien que les enfants soient plus vulnérables que l'ensemble de la population au virus H3N2, ils sont aussi particulièrement vulnérables à la souche B, peut-être puisqu’ils n’y ont jamais été exposés, explique Mme Tam.

Compte tenu de l’impact de la grippe B sur les enfants, le Comité consultatif national de l'immunisation recommande qu'ils reçoivent le vaccin quadrivalent, qui protège contre quatre souches de grippe, dont deux souches B.

Mme Tam insiste : le vaccin quadrivalent disponible au Canada couvre la souche B qui circule actuellement. L'autre type de vaccin, appelé trivalent parce qu'il couvre trois souches de grippe, « malheureusement » ne couvre pas cette souche B.

Les parents peuvent demander aux agences de santé publique locales quel vaccin est disponible dans leur région.

La grippe « bat son plein »

Le dernier rapport « Surveillance de l'influenza » indique aussi que le nombre de cas de grippe dans l'ensemble du Canada a continué d'augmenter en décembre, mais qu'il « se situe dans les niveaux prévus pour cette période de l'année ».

Le type de grippe détecté est surtout la H3N2, bien que les cas de grippe B continuent de croître.

« La grippe bat son plein au Canada », a déclaré Mme Tam, soulignant que la saison de la grippe, cette année, a commencé plus tôt que d'habitude.

Au 30 décembre, 1050 hospitalisations « associées à la grippe » avaient été signalées, dont 93 cas qui ont nécessité un séjour aux soins intensifs. Il y a eu 34 décès signalés.

Les aînés ont été les plus durement touchés, représentant la majorité des hospitalisations et des décès.

La grippe fait aussi des ravages chez les enfants, alors que 195 personnes de moins de 18 ans avaient été hospitalisées au 30 décembre. Il y a eu moins de cinq décès dans ce groupe d’âge.

Les urgences du Québec débordent

Au Québec, les urgences de plusieurs hôpitaux débordent en ce moment. La situation est particulièrement critique en Montérégie, dans les Laurentides et dans la grande région de Montréal.

Le pic de l’activité grippale fait en sorte que, dans certains endroits, l’attente pour voir un médecin peut être de 36 heures.

Selon Caroline Dusablon, coordonnatrice régionale des mesures d’urgence et sécurité civile pour le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, cette situation n’est pas inhabituelle ce temps-ci de l’année.

« En ce moment, le réseau montréalais est très occupé, confirme-t-elle. Il y a quelques urgences qui affichent des taux d’occupation sur civière de plus de 150 %. La même situation se produit chaque année après le temps des Fêtes. Les taux d’occupation des urgences augmentent, car les gens ont attendu avant de consulter. »

Elle affirme être en lien avec l’ensemble des établissements de santé de la région de Montréal et observer la situation de près. « On tient un appel conférence chaque jour avec tous les établissements afin de voir comment on peut s’entraider. On peut par exemple mettre certaines mesures en place, comme détourner des ambulances. »

Les personnes les plus touchées, dit-elle, sont les personnes âgées de 75 ans et plus.

Avec les informations de Nicole Ireland

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité