Retour

Légalisation du cannabis : Pierre Lavoie demeure inquiet

Moins d'un an avant l'entrée en vigueur de la loi légalisant la consommation et la vente de cannabis au Canada, le défenseur des saines habitudes de vie Pierre Lavoir demeure inquiet.

Sur la légalisation du cannabis, Pierre Lavoie admet que sa vision des choses a évolué.

Au départ opposé à la légalisation, il admet aujourd’hui qu’il serait illusoire de vouloir l’empêcher. Il soutient aussi la volonté du gouvernement du Québec de confier à une société d’État la vente des produits du cannabis, ce qui permettra un meilleur encadrement, selon lui.

Il déplore toutefois que le gouvernement ne se soit pas donné un peu plus de temps, question de mesurer toutes les répercussions de la décision. « On aurait dû attendre deux ans », croit-il.

Mais des craintes persistent au sujet de la prévention entourant les risques de la consommation de marijuana. « On nous dit que le gouvernement fédéral va réinvestir l’argent en prévention. Je n’y crois pas du tout », rappelant qu’on investit moins de 1,5 % du budget de la santé dans la prévention.

Le Grand défi poursuit son expansion en France et aux États-Unis

Les efforts de Pierre Lavoie pour faire bouger le monde portent fruit hors Québec, et de plus en plus. D’autres villes françaises et américaines joignent les adeptes des cubes énergie.

L’Essonne, département français du sud de Paris, de même que Tucson, en Arizona, joignent donc cette année des villes comme Strasbourg, Montpellier, et Phoenix, qui ont choisi de faire bouger leur jeunesse en organisant leurs grands défis, selon les principes développés par Pierre Lavoie.

Ce dernier s’assure d’ailleurs que l’organisation respecte le cadre développé ici depuis des années. « Ça nous appartient, les droits, on ne veut pas que ça dérape », a-t-il déclaré lors de son passage vendredi à l’émission matinale Y’a des matins.

Il se rendra d’ailleurs en France pour rencontrer les responsables du développement du projet dans l’Essonne, après un passage à Strasbourg pour participer aux assises sur l’activité physique organisées par les médecins de la ville alsacienne.

« Les premiers médecins qui ont prescrit l’activité physique, c’est eux qui l’ont fait il y a cinq ans », avouant s’être inspiré d’eux pour le développement du programme d’ordonnance de l’activité physique, organisé ici en collaboration avec la Fédération des médecins omnipraticiens. Aujourd’hui, 22 marches annuelles se tiennent au Québec en lien avec cette organisation, dont trois dans la région.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine