Retour

Les agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean veulent un meilleur soutien

Une centaine de producteurs agricoles de la région ont débattu d'une douzaine de résolutions dans le cadre du congrès annuel de la Fédération de l'Union des productions agricoles (UPA) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L'accaparement des terres, l'avenir de la ferme expérimentale de Normandin, la main-d'œuvre et la relève agricole figurent parmi les sujets discutés.

Les agriculteurs souhaitent plus de reconnaissance et un meilleur soutien du gouvernement québécois. Le 2e vice-président de l'UPA, Martin Caron, insiste sur l'importance de redorer l'image des agriculteurs au sein de la société.

La gestion de l'offre

L'arrivée au pouvoir d'un gouvernement libéral à Ottawa est vue d'un bon œil par les agriculteurs. Le président de la Fédération régionale de l'UPA, Yvon Simard, rappelle que les libéraux se sont engagés à protéger la gestion de l'offre, en lien avec le Partenariat transpacifique, et à assurer un contrôle accru aux frontières sur les futures importations.

Quoi qu'il en soit, les agriculteurs de la région demeurent optimistes quant à l'avenir de leur industrie. « On parle beaucoup de gestion de l'offre après l'accord du Partenariat transpacifique, rappelle Charles Gagné, un producteur laitier d'Hébertville. Évidemment, on va exiger encore des actions de notre fédération régionale pour essayer de pallier les pertes qu'on va avoir. »

Selon l'UPA, les 1227 entreprises agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean injectent annuellement 50 millions dollars dans l'économie régionale.

Les producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont conviés à un lac-à-l'épaule, le 19 novembre, pour élaborer une liste d'actions à prioriser.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine