Retour

Les amateurs de pêche blanche doivent s'armer de patience

Difficile de savoir à quel moment les cabanes pourront embarquer pour la pêche blanche à l'Anse-à-Benjamin et à Grande-Baie. Entre-temps, de plus en plus de pêcheurs troquent leurs cabanes pour de petites tentes afin de s'adonner à leur plaisir d'hiver.

On devrait savoir vendredi s'il y a les 12 à 18 pouces requis pour l'embarquement. La ville procèdera aussi à la pesée des cabanes vendredi et samedi pour ceux qui le souhaite.

« On pêche dans une tente aussi en attendant que ça soit ouvert, mais c'est pas grand une tente. Quand la famille vient te voir, ce n'est pas pratique pantoute », lance un pêcheur.

De plus en plus de pêcheurs choisissent de l'équipement plus léger comme des tentes pour aller pêcher.

De son côté, Antoine Claveau n'utilise plus sa grosse cabane car la période de pêche a diminué ces dernières années en raison de la météo et de la règlementation.

« 300 piastres de remorquage puis de préparation, avant de commencer à pêcher, pour deux semaines, ça ne vaut pas la peine. »

La nouvelle règlementation prévoit d'ailleurs que les cabanes les plus légères vont embarquer en premier sur les glaces.

Malgré ces contraintes, certains veulent conserver leur cabane.

« C'est sûr que nous autre, on reste proche d'ici. Ça fait que même si on rentrait des fois une semaine où deux semaines plus tard. On en profite », ajoute un autre amateur de pêche.

Les villages de pêche possèdent 1000 emplacements pour les cabanes à Grande-Baie et à l'Anse-à-Benjamin, sans compter les tentes qui n'ont pas besoin de s'enregistrer.

Plus d'articles