Retour

Les cégeps de Chicoutimi et Jonquière contribuent à un programme de formation pour le Mozambique

Les cégeps de Chicoutimi et de Jonquière font partie d'un consortium avec le Collège Montmorency qui va élaborer cinq programmes de formation technique pour le Mozambique.

Ce pays d'Afrique est parmi les plus pauvres du monde. Toutefois, depuis la fin de la guerre civile au début des années 90, il connait une croissance liée, notamment, à la découverte de réserves de gaz naturel.

« Il s'est mis à y avoir toutes sortes d'investissements étrangers qui viennent sur place pour développer des entreprises, sauf qu'il n'y a pas de main-d'œuvre locale, précise la conseillère en communication et en développement international du Cégep de Chicoutimi, Amélie Binette. Il n'y a pas de main-d'œuvre qualifiée ou très peu de main-d'œuvre qualifiée localement, surtout dans le domaine technique. »

Des représentants des cégeps de Chicoutimi, de Jonquière et du Collège Montmorency reviennent du Mozambique. « On va déterminer les compétences que le futur technicien va devoir maîtriser pour effectuer les différentes tâches attendues dans le marché du travail et une fois que cette analyse de travail là va être faite, là c'est le travail d'élaboration et d'évaluation des programmes qui démarre », souligne la directrice de la formation continue et des affaires internationales du Cégep de Jonquière, Colette Fournier.

Des enseignants québécois qui ont de l'expertise en maintenance mécanique et électrique, en électronique, en énergie renouvelable et en construction civile se rendront au Mozambique pour y former des professeurs. L'expérience sera aussi bénéfique pour eux, selon Colette Fournier.

Ces contrats à l'international sont aussi très intéressants au plan financier pour les établissements d'enseignement. Les cinq projets obtenus par le consortium rapportent plus de trois millions de dollars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine