Retour

Les chauffeurs d'autobus scolaires manifestent pour leurs conditions de travail

Les chauffeurs d'autobus scolaires de la région ont manifesté mardi matin à Saguenay. Ils veulent signer le plus rapidement possible leur convention collective qui est échue depuis juillet dernier.

Le principal point en litige est une baisse générale du niveau des conditions de travail.

« On trouve qu’on n'en a pas assez, alors ça vaut pas la peine de couper », affirme une syndiquée qui manifestait mardi matin.

La partie patronale plaide un manque de financement, mais les syndiqués refusent de consentir à une baisse de salaire de 10 % puisqu'ils estiment que l'employeur a toujours une marge de manoeuvre.

Une séance de négociation est prévue mardi.

La question de la rémunération des chauffeurs et du financement du transport scolaire devrait être au coeur des discussions.

« Disons qu'on se retrouve avec une problématique où il y a un manque d'argent. Ce n'est pas pour rien qu'on revendique des enveloppes dédiées, fermées et bonifiées pour le transport scolaire pour qu'au bout de la ligne, ces gens-là reçoivent ce qu'ils méritent », explique Engelbert Cottenoir, président du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Menace de grève illimitée

Les chauffeurs d'autobus demandent le renouvellement rapide de leur convention collective, sans quoi le syndicat brandit la menace d'un vote de grève générale illimitée. Les membres devraient se prononcer sur la grève générale illimitée mercredi soir.

Le Syndicat du transport écolier du Saguenay-Lac-Saint-Jean, affilié à la CSN, regroupe 110 membres à Chicoutimi et dans les environs.

La soixantaine d'employés d'Intercar à Jonquière, qui ont quant à eux manifesté la semaine dernière, tiendront un vote de grève générale illimité la semaine prochaine.

D'après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chien refuse qu'on le prenne en photo





Rabais de la semaine