Retour

Les déchets du Saguenay iront à Hébertville-Station

La Ville de Saguenay s'est entendue avec la Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean pour enfouir ses déchets à Hébertville-Station.

Tous deux avaient commandé deux études en novembre 2014 pour évaluer la possibilité d'utiliser le site d'Hébertville-Station pour les déchets du Saguenay.

Le nouveau lieu d'enfouissement technique, ouvert en septembre 2014, recevra ainsi tous les déchets du Saguenay-Lac-Saint-Jean à compter de 2017. La durée de vie du site d'Hébertville-Station qui devait être de 42 ans serait réduite à 30 ans.

Saguenay devait agir rapidement et trouver un autre site d'enfouissement pour ses déchets. L'actuel site appartenant à Matrec, où plus de 51 000 tonnes de déchets sont enfouies depuis 1997, atteindra sa pleine capacité d'ici deux ans.

Malgré le transport pour se rendre au site situé à proximité de l'autoroute 170, le maire de Saguenay assure que les coûts seront les mêmes qu'actuellement.

La Régie des matières résiduelles devra par contre obtenir un nouveau décret gouvernemental pour augmenter la capacité d'enfouissement du site, passant de 70 000 à 100 000 tonnes par année.

Les maires d'Alma, de Roberval et de Dolbeau-Mistassini sont ravis de ce consensus qualifié d'historique.

Mécontentement

Cette entente ne fait pas le bonheur de tous. Plusieurs résidents du secteur sont inquiets à la perspective de voir une soixantaine de camions déverser quotidiennement leurs déchets à Hébertville-Station.

Le maire de Larouche, Réjean Bédard, avoue aussi sa déception, car Matrec avait signifié son intention d'exploiter un nouveau site d'enfouissement dans sa municipalité ce qui aurait engendré des revenus intéressants.

Pour sa part, celui qui a mis sur pied le comité des opposants au site d'Hébertville-Station, Paul Morin, ne contestera pas l'entente entre Saguenay et la RMR. Il affirme que les démarches du comité ont été complètement inutiles, car les opposants ont été confrontés à l'entêtement et au manque de transparence des élus qui gèrent le dossier.

M. Morin indique qu'il était favorable aux discussions avec Saguenay dès le début des démarches, mais que les élus du Lac-Saint-Jean ont ridiculisé cette proposition. Il croit que le site d'enfouissement aurait pu être aménagé à un autre endroit si Saguenay avait fait partie des discussions dès le début.

Plus d'articles

Commentaires