Retour

Les élus de la MRC Maria-Chapdelaine accusent Rio Tinto Alcan d’être un mauvais citoyen corporatif

Furieux contre Rio Tinto Alcan, le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, a obtenu l'appui de ses collègues de la municipalité régionale de comté (MRC) Maria-Chapdelaine pour dénoncer l'attitude de Rio Tinto Alcan à la suite de travaux de réfection des berges du lac Saint-Jean.

Le maire Goulet affirme que Rio Tinto Alcan refuse de payer pour réparer une route de 15 kilomètres, endommagée lors de travaux dans le secteur Vauvert.

Il explique que 8000 camions transportant du gravier ont emprunté la petite route durant l'hiver, causant des dommages évalués à 100 000 $.

Un représentant de Rio Tinto Alcan est allé constater les dégâts, au début de mai, mais le maire de Péribonka dit n'avoir plus de nouvelles de la compagnie depuis.

Les élus de la MRC Maria-Chapdelaine déplorent que les relations aient changé depuis qu'Alcan a été achetée par Rio Tinto.

« Hier, ç'a été unanime au conseil de la MRC, constate Ghislain Goulet. L'approche est différente, la communication et le lien sont plus difficiles. Nous, on essaie d'avoir des réponses, ils nous transfèrent. Il y a eu un changement de chaise à beaucoup de postes chez Rio Tinto. Souvent on perd le lien. On perd le fil. »

La municipalité de Péribonka compte moins de 500 résidents. Le maire Goulet affirme qu'ils n'ont pas les moyens d'assumer les dommages causés par Rio Tinto Alcan.

Plus d'articles

Commentaires