Retour

Les étudiants en médecine au Saguenay recevront une formation sur l’aide médicale à mourir

La faculté de médecine du Saguenay-Lac-Saint-Jean offrira, à partir de l'automne, la formation liée à la nouvelle législation sur l'aide médicale à mourir.

L'Université de Sherbrooke, qui est responsable de la faculté de médecine régionale, a amorcé il y a plus d'un an la réflexion sur l'enseignement lié à l'aide médicale à mourir avant de décider d'intégrer la formation sur l'aide médicale à mourir à celle, plus large, touchant les soins palliatifs.

Le Dr Jean Mathieu, qui a participé à la préparation de la formation, précise que pour les futurs médecins, il s'agira surtout d'amorcer une réflexion, plutôt que d'apprendre comment on répond aux souhaits d'un malade en fin de vie qui souhaite précipiter sa mort.

« C'est beaucoup plus un travail de réflexion autour de ça qu'une réflexion plus procédurale sur comment ça va s'articuler, souligne le Dr Mathieu. Alors que quand ils vont être sur le terrain et qu'ils vont recevoir une demande d'un patient qui veut avoir l'aide médicale à mourir, il y a toute une formation plus spécifique. »

Au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la formation des professionnels est amorcée et relativement avancée.

« On a déjà fait plusieurs journées de formation pour les médecins, les pharmaciens et les infirmières, mais là, de façon plus procédurale. On s'est plus impliqué dans comment ça fonctionne, qui donne des soins, qui encadre ça, comment on chapeaute ça », ajoute le Dr Jean Mathieu.

La formation des professionnels en exercice et des futurs médecins est basée sur la loi québécoise sur l'aide médicale à mourir. Elle pourrait changer selon ce qui sera adopté par le gouvernement fédéral et qui, pour l'instant, semble vouloir ouvrir la porte plus grande aux demandes des patients.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine