Retour

Les Girard transformés par leur séjour en Inde

Partir vivre en Inde pour faire du travail humanitaire pendant trois mois : c'est le défi qu'a relevé la famille Girard, originaire de Saguenay. À peine de retour, la famille reprend ses activités et le travail. Le père, Michaël, est d'ailleurs juge cette semaine pour le volet populaire du Festival de musique du Royaume. Mais la famille avoue avoir été transformée par cette expérience.

Un texte de Mélanie Patry

Le 27 décembre dernier, la vie de la famille Girard a pris un tournant. Motivés par le désir de vivre une expérience unique et d'ouvrir leurs horizons, Hélène, Michaël et leurs deux enfants, Sam-Éloi, 13 ans, et Tom-Éliot, 16 ans, ont joint l'équipe des jeunes musiciens du monde en Inde.

L'école Kalkeri Sangeet Vidyalaya (KSV) est située dans une vallée paisible près de la ville de Dharwad, au nord de l'état du Karnataka en Inde du Sud. Elle permet à 250 enfants d'accéder gratuitement à une éducation et de se développer à travers les arts et la musique.

Michaël Girard y a enseigné le chant, tandis que son fils Tom-Éliot a donné des cours de théâtre. Toute la famille a aussi travaillé bénévolement pour superviser les activités courantes de l'école, comme la construction de bâtiment et la préparation des repas.

Malgré des mois de préparation, le choc a été grand. Vivre au quotidien dans cet environnement a été un défi pour eux. Pendant trois mois, ils ont dû adopter à un autre style de vie, accepter de vivre dans la plus grande simplicité et se contenter de l'essentiel.

Retour difficile

Des petits obstacles qui ont rendu cette expérience humaine des plus marquantes. Le départ de l'école Kalkeri Sangeet Vidyalaya a été particulièrement difficile, partagé entre le sentiment du devoir accompli et le déchirement de laisser des gens auxquels ils se sont attachés, dont Praven, un jeune Indien qu'ils ont parrainé.

Frappés à leur retour par le gaspillage, la surconsommation et le rythme effréné de notre société, les Girard admettent que le regard qu'ils portent sur leur vie est changé à jamais.

« C'est comme si ça avait été un grand rêve pendant trois mois, souligne Hélène Girard. De retour ici, on est retourné dans notre petite vie et c'est un choc. En même temps, on ne peut pas tout ramener de l'Inde, mais on va essayer de garder des petits morceaux de ce qu'on a appris là-bas. »

L'appel du voyage est encore plus grand. Les deux fils, Tom-Éliot et Sam-Éloi, souhaitent retourner faire du volontariat en Inde dès qu'ils auront 18 ans, alors que Michaël et Hélène songent déjà à visiter d'autres destinations pour vivre d'autres aventures.

Plus d'articles

Commentaires