Entre l'excitation et le stress, la rentrée scolaire représente un moment de l'année crucial dans l'organisation de la vie de bien des familles.

Un texte de Mélanie Patry

Après avoir fait quelques recherches dans la région, j'ai constaté que de plus en plus de services sont disponibles pour faciliter l'achat des articles scolaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Une initiative emballante

À Saint-Fulgence, les parents d'une quarantaine d'élèves de l'école Monts-Valin ont la chance de pouvoir compter sur Kim Simard, une mère bénévole qui achète en gros les articles scolaires pour eux. Cet achat de groupe permet de réaliser des économies intéressantes.

Depuis deux ans, Mme Simard prépare et distribue elle-même les sacs de fournitures scolaires aux parents participants. Encore peu connu, son service est très apprécié.

« Je m'attendais à entendre parler beaucoup de l'économie de sous, mais le commentaire qui me revient le plus souvent c'est l'économie de temps. Les parents apprécient de ne pas avoir à affronter la cohue dans les grands centres », affirme-t-elle.

Rentrée techno

Tous les parents n'ayant pas la chance d'avoir une Kim Simard autour d'eux, voici d'autres façons d'économiser temps et argent durant la rentrée.

Par exemple, certains magasins offrent maintenant la possibilité de passer sa commande d'articles scolaires en ligne, via leur site Internet.

Chez Jean Coutu Jonquière, on prend même les commandes par message texte. La pharmacie de la rue Saint-Dominique prépare 2000 commandes de fournitures scolaires chaque année. Le gérant, Dominic Béland, affirme que cet été, une cinquantaine de parents ont passé leur commande par texto.

Le service gagne en popularité, au point où le commerce a dû entreprendre des démarches pour avoir les listes de matériel scolaire de secteurs de la ville qu'il ne desservait pas auparavant. « Ce qu'on s'aperçoit, c'est que c'est du monde qui vient des autres arrondissements, La Baie, Alma, qui travaille à Jonquière et qui se dit pendant mon heure du dîner, ça va prendre cinq minutes, je vais aller chercher mes achats et tout va être réglé », souligne Dominic Béland.

Avant la rentrée, certains commerces sont ouverts tous les soirs jusqu'à 21 h et embauchent du personnel supplémentaire pour aider les parents dans le casse-tête de la liste scolaire. Magasiner tôt ou encore en soirée permet donc de mieux profiter de l'aide disponible.

Gérant du Bureau en gros de Chicoutimi depuis 20 ans, Daniel Voisine, constate néanmoins que les écoles ont fait beaucoup d'efforts pour simplifier ses achats au cours des dernières années.

« Les professeurs essaient eux aussi de rendre ça plus facile, croit-il. C'est sûr qu'ils vont demander certains produits avec certaines couleurs ça, c'est normal qu'ils fassent ça. »

Coûteuse, la rentrée?

Plusieurs parents rencontrés durant ma tournée des commerces trouvent que la facture monte vite en cette période de la rentrée.

« Ça va me coûter environ 400 $ juste pour les articles scolaires et les livres », affirme l'un d'eux.

« C'est sûr que c'est rendu cher et nos enfants aujourd'hui sont plus fiers qu'on était, dit un autre parent. Mettons que ça coûtait moins cher dans notre temps! »

Pour ne pas y laisser sa chemise, on essaie de se restreindre à ce qui est exigé sur la liste, on ne succombe pas aux caprices et aux préférences des enfants et on achète des articles de base et de bonne qualité.

Il est toujours plus économique d'acheter en gros les incontournables qui seront nécessaires chaque année comme les feuilles lignées, les crayons de plomb et les stylos. Ainsi, vous n'aurez pas besoin de racheter ces fournitures durant l'année scolaire, hors saison et à gros prix.

Certains articles peuvent durer plus d'une année comme les cartables, les règles, les ciseaux, les étuis, les sacs, les boîtes à lunch ou les calculatrices. Les parents gagnent alors à acheter des articles de qualité.

Enfin, il est prouvé qu'on économise du temps et de l'argent en achetant tous les articles au même endroit. Les quelques dollars que l'on espère épargner en courant les aubaines dans plusieurs commerces sont rapidement dilapidés par les coûts reliés au transport. On privilégie donc les grands magasins, les pharmacies et ceux spécialisés pour tout trouver, au même endroit.

Plus d'articles

Commentaires