Retour

Les malades qui nécessitent un suivi pour la prise d’anticoagulants devront le faire en pharmacie

Trois cliniques d'anticoagulothérapie fermeront leurs portes d'ici le printemps prochain, à Jonquière, La Baie et Dolbeau-Mistassini.

Des centaines de patients seraient ainsi forcés de se tourner vers les pharmacies privées pour être suivis.

Le Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé dénonce cette décision du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS).

La présidente du SIISNEQ, Natasha Savard, estime qu’au moins 600 personnes seront affectées à Jonquière et de 250 à 300 patients le seront à La Baie et Dolbeau-Mistassini.

« On fait disparaître un service essentiel pour la santé de centaines de personnes sans savoir si les pharmacies seront en mesure de leur assurer un même suivi.

Elle reproche au CIUSSS de faire des économies de bouts de chandelles sur le dos des patients.

Plus d'articles