Retour

Les organismes communautaires dénoncent la nouvelle loi sur l'aide sociale

La coordonnatrice de Loge m'entraide, Sonia Côté, se demande bien comment un prestataire d'aide sociale pourra payer le coût moyen d'un appartement de 469 dollars par mois à Saguenay avec des prestations de 399 dollars. Un nouveau projet de loi prévoit de réduire du tiers le montant alloué aux plus démunis.

Sonia Côté pense que la nouvelle loi va à l'encontre de la dignité humaine et des droits de la personne. « Il faut élargir notre vison collective, dans le sens qu'il faut s'attaquer aux causes de la pauvreté et non aux personnes », fait-elle valoir.

À son avis, le gouvernement provincial s'acharne sur les plus pauvres sans tenir compte des causes de la pauvreté, comme les problèmes de santé mentale, de santé physique, de qualité d'emploi ou des carences de l'assurance-emploi.

Elle prévoit que le projet de loi 70 aura notamment comme conséquence d'accroître l'itinérance.

Elle n'est pas la seule à dénoncer les nouvelles mesures. L'organisme d'aide aux sans-emploi l'ASTUCE organise, lundi matin, une manifestation devant les bureaux du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Le regroupement reproche aux partis d'opposition d'avoir trahi les plus démunis en concluant une entente avec le gouvernement sur le projet de loi 70, pour éviter le bâillon.

Sylvain Gaudreault outré

De son côté, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, comprend mal les reproches à son endroit.

« C'est le boutte d'entendre ça! On a travaillé des heures et des heures! On a réussi à faire adopter deux modifications - limiter les baisses aux nouveaux prestataires et faire une révision dans deux ans », lance M. Gaudreault.

Le député rappelle qu'il y a des choix à faire en politique et invite les organismes communautaires à faire de même en ciblant leur mécontentement sur le gouvernement et non l'opposition.

Plus d'articles