Retour

Les organismes communautaires se plaignent à nouveau de sous-financement

Les organismes communautaires de défense des droits réclament 40 millions de dollars de plus pour l'ensemble du Québec. Certains exigent aussi que le ministre du Travail et de la Solidarité sociale du Québec cesse de les mépriser.

Le Mouvement d'éducation populaire et d'action communautaire (MÉPAC), qui représente 19 organismes au Saguenay-Lac-Saint-Jean, reproche au ministre François Blais de remettre en doute la pertinence des groupes de défense des droits des chômeurs, des locataires ou des mères monoparentales.

C’est le message que la coordonnatrice, Caroline Jean, a livré mercredi matin devant le Cercle de presse du Saguenay.

Comment ça se fait que la reconnaissance n’est pas là? C’est inacceptable, je suis fâchée!

Caroline Jean, coordonnatrice du MÉPAC

Caroline Jean soutient que les organismes régionaux viennent en aide à des dizaines de milliers de personnes et de familles alors qu’ils ont des budgets anémiques et qu’ils survivent grâce au travail de personnes qui les tiennent à bout de bras depuis des années.

« J’ai trois organismes qui sont en situation critique de financement et s’il n’y a pas de mesures prises rapidement, on verra des fermetures », prévient-elle.

À court terme, Caroline Jean souhaite donc que le ministre Blais change son fusil d’épaule et reconnaisse les organismes communautaires à leur juste valeur.

D'ici la présentation du budget provincial, les organismes en cause comptent bien se faire entendre pour défendre leur existence.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine