Retour

Les personnes épileptiques seront maintenant surveillées dans leur bain au CIUSSS

Depuis octobre, les maisons qui accueillent des personnes épileptiques doivent les superviser lorsque ces dernières prennent leur bain. Cette directive survient deux ans après la mort de Denis Hamel.

Denis Hamel avait 45 ans lorsqu’il a été retrouvé sans vie dans le bain de la résidence où il habitait depuis près de 19 ans à Roberval.

Le coroner Frédéric Boily conclut qu’il est mort d’un trouble cardiaque. Cependant, il souligne que l’homme souffrait aussi d’épilepsie.

Aucune politique sur l’accompagnement des personnes épileptiques lorsqu’elles prennent un bain n’existe dans les maisons d’accueil du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elles s’exposent donc à un risque de noyade.

Dans son rapport, le coroner Boily dit que le CIUSSS doit émettre une directive en ce sens. En tout temps, ces personnes doivent être surveillées, selon lui.

S’il n’est pas possible d’avoir une supervision, les personnes doivent prendre une douche.

« La solution de rechange qui est la douche est la solution la plus appropriée, explique le coroner. On répond à toutes les problématiques qu’il peut y avoir. »

Le CIUSSS applique cette directive

Déjà, le CIUSSS a changé sa façon de fonctionner lors des bains dans les maisons d’accueil.

« Il faut vraiment garder un contact visuel parce qu’on ne sait jamais à quel moment ils peuvent avoir une crise », explique le porte-parole du CIUSSS, Marc-Antoine Tremblay.

La famille de Denis Hamel est satisfaite que le CIUSSS ait respecté les recommandations du coroner.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires