Retour

Les pousses sont-elles la solution aux problèmes de santé?

Si l'on en croit les dires de la naturopathe Veronica Kaczmarowski, les gens ont tout à gagner d'intégrer des pousses et aliments germés à leur alimentation. Création de vitamines, élimination des insecticides chimiques et naturels, augmentation des antioxydants et transformation du gras en gras soluble sont parmi les nombreux avantages de l'alimentation que l'on dit vivante.

Un texte de Geneviève Proulx

Au menu : 

Au-delà de la décoration

Chaque année, elle offre une trentaine de cours sur cette forme d'alimentation un peu partout en Estrie en plus d'être à la tête du restaurant Le Cartier de Sherbrooke où elle intègre des mets crus au menu. « Au Québec, c'est difficile d'avoir des légumes frais à l'année. Les pousses, dans ce contexte, c'est essentiel », rappelle la chef cuisinière. 

Et pas question de se limiter à la décoration de plats avec des pousses de luzernes. Le cahier de recettes où la germination est reine de Veronica Kaczmarowski déborde d'idées non seulement appétissantes, mais ô combien savoureuses. Tarte à la lime, fondant au chocolat, cari thaï, falafels et taboulé de chou-fleur en sont quelques exemples.

« Il ne faut pas juste manger des salades sinon on se tanne! Il n'y a pas que des lentilles germées. Le Québec, ce n'est pas non plus que de la viande et des patates! », dit-elle en riant. C'est d'ailleurs avec un smoothie (mangue, banane, épinard, pousses de tournesol, lait d'amande et vanille) que l'équipe d'ICI Estrie a été accueillie lors de son passage. Oui, c'était vert fluo, mais oui c'était délicieux!

« Avec 10 à 20 grammes de pousses de poireau, on profite de la valeur nutritionnelle de 5 kilogrammes de poireaux adultes crus! Avec 20 grammes de brocoli germé c'est égal à 200 grammes de brocoli adultes », donne-t-elle en exemple. 

Veronica Kaczmarowski n'est pas plus catholique que le pape lorsqu'elle se met à table. Elle n'est pas végétarienne, encore moins végétalienne. « J'ai été végétarienne pendant huit ans, mais je ne le suis plus. Être extrémiste, ce n'est pas gagnant. Tout est dans l'équilibre. Je mange du steak, mais il va être sans hormone, sans antibiotique. Je vais le manger en tartare, bleu ou cuit sous vide », dit-elle. 

Manger des pousses et des germinations ne veut pas dire se nourrir exclusivement de nourriture froide. Il suffit d'adapter ses méthodes de cuisson. Selon les études qu'elle a lues, la cuisson, des viandes entre autres, sous vide, donc en bas de 105 °C, permet une meilleure digestion notamment. « Dans beaucoup de sociétés dans le monde, on cuisine comme ça de manière traditionnelle et on y trouve pas nos problèmes de santé chronique », note l'Australienne de naissance. 

Simple comme bonjour!

Difficile à faire la germination dans sa propre cuisine? « Tout ce qu'on besoin, c'est d'un pot Masson, d'un moustiquaire qu'on peut acheter au Canadian Tire et d'un élastique à brocoli. Pas besoin de s'acheter un kit à 150 $ pour y arriver. Avec 2 c. à soupe de lentilles, une fois germées, on en obtient une tasse. Tout ça avec de l'eau!. Quand on fait les bons choix, dites-moi pas que ça coûte cher », explique Mme Kaczmarowski qui dit que même les enfants peuvent être chef de la germination!

Elle suggère toutefois de commencer avec la germination à domicile plutôt qu'avec les pousses. Et à peu près tout se germine : de la carotte à la courge en passant par les amandes, le chou, le fenouil, les lentilles, le tournesol et même la moutarde!

La qualité SVP

Veronica Kaczmarowski rappelle qu'il faut chercher la qualité et non la quantité. « Malheureusement, on vit dans un monde de quantité et non de qualité. Oui, on peut être soutenu pendant tout un après-midi avec un cari de légumes. Au début, ça peut être plus difficile. Notre corps doit s'adapter. Mais un moment donné, on se rend compte qu'on mange deux repas par jour et quelques collations et que ça va. »

Selon elle, notre alimentation devrait être composée de nourriture crue de 70 % à 80 % et d'aliments cuits de 20 % à 30 %. 

Pour que les pousses poussent mieux

Des étudiants du Cégep de Sherbrooke participent à un projet de recherche avec l'entreprise VERTige de Sherbrooke, spécialisée en germinations et en pousses. Ils s'intéressent à l'influence de la lumière sur la croissance et les propriétés des pousses de légumes. Une équipe d'ICI Estrie est allée à leur rencontre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine