Retour

Les précipitations rapportent 19 M$ à Rio Tinto

La vente d'électricité à Hydro-Québec a permis à Rio Tinto de réaliser des profits de 19 millions de dollars en 2015.

Les bassins hydrographiques de l'entreprise ont reçu des précipitations record durant l'été, ce qui a permis à la multinationale de revendre 100 mégawatts à Hydro-Québec, pour un montant de 19 millions de dollars.

Les apports naturels en amont du lac Saint-Jean, en juillet, ont été équivalent à près de 200 % de la normale. C'est la quatrième année consécutive que Rio Tinto peut bénéficier des retombées de la vente d'électricité à Hydro-Québec.

Le directeur de la division Énergie Électrique, Jean-François Gauthier, reconnait que la production d'hydroélectricité représente un avantage considérable pour l'entreprise.

« Sans cet avantage-là, on ne serait pas capable de tirer notre épingle du jeu par rapport à la compétition mondiale, affirme M. Gauthier. Les nouveaux joueurs tels que la Chine et le Moyen-Orient ont accès aussi à de l'énergie à bas coût, ont des structures différentes que nous, donc c'est très important de continuer à faire en sorte que l'avantage énergétique qu'on a demeure concurrentiel. »

Rio Tinto a d'ailleurs investi 77 millions de dollars en 2015 pour maintenir et rajeunir ses installations hydroélectriques.

Gestion du lac Saint-Jean

Par ailleurs, un comité composé, entre autres, des trois municipalités régionales de comté (MRC) du Lac-Saint-Jean demande à Rio Tinto d'être écouté et consulté au sujet de la gestion du lac Saint-Jean.

Le Comité des parties prenantes a présenté, mardi, les enjeux qu'il va présenter lors des audiences publiques pour le renouvellement du Programme de gestion des berges du lac Saint-Jean.

Le groupe de 21 personnes souhaite que Rio Tinto ne soit plus l'unique gestionnaire du lac Saint-Jean, qui compte plusieurs utilisateurs aux intérêts diversifiés.

Le Comité propose la mise en place d'un système de gouvernance collective. Il aimerait également que des niveaux variables soient établis pour le lac Saint-Jean, selon les saisons.

« Les élus et les parties prenantes veulent avoir voix au chapitre pour être plus proche de la décision, ce qu'ils ne sentent pas actuellement, souligne Sabin Larouche, un porte-parole du Comité des parties prenantes. Ils veulent vraiment être consultés. Ils ne veulent pas être opérateurs du lac Saint-Jean, mais ils veulent vraiment avoir droit aux décisions concernant le mode de gestion du lac Saint-Jean. »

Les audiences publiques pour le renouvellement du Programme de gestion des berges du lac Saint-Jean pourraient avoir lieu d'ici la fin de 2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine