Retour

Les producteurs forestiers privés veulent un statut distinct sur leur bois d'oeuvre

Pendant qu'Ottawa se prépare à venir en aide à l'industrie forestière, la Fédération des producteurs forestiers du Québec continue à revendiquer un statut distinct sur le bois d'œuvre provenant de terres privées.

Quelque 180 membres de la Fédération des producteurs forestiers du Québec se rencontrent, mercredi et jeudi, à l’hôtel Delta Saguenay pour leur congrès annuel.

Ces derniers voient d’un bon œil l’aide fédérale destinée à l’industrie du sciage qui sera annoncée sous peu. Ils soutiennent cependant que la meilleure façon d’assurer leur pérennité serait d’exempter leurs produits de la taxe sur le bois d’œuvre canadien.

« De la même façon, dans la dernière entente, qu’il y avait une exception pour le Nouveau-Brunswick parce qu’il [le gouvernement fédéral] disait que c’était de la forêt privée », précise Marc-André Côté, le secrétaire général de la Fédération des producteurs forestiers du Québec.

La Fédération estime qu'environ 25 % des approvisionnements en bois résineux des usines de transformation de la province proviennent de forêts privées.

Les producteurs privés représentent 17 % du marché québécois, ce qui leur donne peu de poids pour que leur dossier soit traité en priorité par le gouvernement fédéral lorsqu’il sera en négociations avec les États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine