Retour

Les résidents de la Maison Jean-Eudes Bergeron obtiennent un sursis

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, a accepté de prolonger le financement des activités de la Maison Jean-Eudes-Bergeron d'Alma jusqu'en septembre. Elle a confirmé la nouvelle au député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, mardi soir.

Un texte de Denis Lapierre

« Elle me dit : Écoute Alexandre, il faut trouver une solution pour maintenir la résidence Jean-Eudes-Bergeron ouverte et je m’engage à sortir des fonds pour cet été pour se donner du temps pour trouver une solution dans le temps à partir de septembre », raconte le député de Lac-Saint-Jean. Les frais pour les mois de juillet et août s’élèvent à près de 50 000 $.

Des résidents de la Maison Jean-Eudes-Bergeron ont fait le voyage jusqu'à Québec, mardi, dans l'espoir d'obtenir une promesse du gouvernement que leur résidence ne fermerait pas le 1er uillet et qu'ils ne seraient pas déménagés dans des centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Lors de la période de questions à l’Assemblée nationale ni le premier ministre Philippe Couillard ni la ministre Lucie Charlebois ne se sont engagés à garder ouverte la résidence qui accueille une vingtaine de personnes lourdement handicapées.

« Je ne crois pas que pour eux, le CHSLD soit l’endroit approprié », a assuré Philippe Couillard, répondant à une question du député péquiste de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier. Par la suite, le premier ministre a ajouté : « Pour l’instant, les gens restent où ils sont. On va travailler pour trouver des solutions dans la région, pour des soins dignes, des soins de qualité pour ces personnes qui ont besoin de toute la solidarité des Québécois. »

Prenant le relais du premier ministre, Lucie Charlebois a ajouté que « jamais [les résidents] ne seront acheminés en CHSLD, il faut qu’il y ait un milieu approprié et une ressource intermédiaire qui correspond à leurs besoins. »

Demande de financement « transitoire »

La ministre Charlebois a donc répondu à la demande de financement transitoire présentée plus tôt dans l’après-midi par les députés péquistes Alexandre Cloutier et Dave Turcotte lors d'un point de presse. Ils étaient alors accompagnés de résidents de la Maison Jean-Eudes-Bergeron. Ce financement permet d'éviter la fermeture de la ressource intermédiaire, prévue le 1er juillet.

« Le gouvernement prétend que c’est un dilemme alors que ça coûterait le double dans un CHSLD », a précisé Alexandre Cloutier qui souhaite que Québec comble le manque à gagner, le temps de permettre de revoir la structure de financement des établissements comme la maison Jean-Eudes-Bergeron.

Pour Gino Lebel, le porte-parole des résidents depuis le début, la seule solution acceptable, c’est de garder la maison ouverte, ce pour quoi il est prêt à se battre jusqu’au bout.

Plus d'articles

Commentaires