Retour

Les syndiqués de trois concessionnaires automobiles passent à la FTQ

La Commission des relations du travail (CRT) accepte la demande de changement d'accréditation des syndiqués de trois garages du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui quittent la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) pour la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ).

Un texte de Chantale Desbiens

Le Syndicat des opérateurs et des employés de service de la FTQ représentera les 35 syndiqués d'Alma Toyota, de Rocoto Toyota et de L.G Automobile de Roberval. Une demande avait également été déposée pour les employés de garage de Léo Automobile de l'arrondissement de Chicoutimi, mais la CRT a ordonné la reprise du vote pour s'assurer qu'il s'agit bien de la volonté des travailleurs de changer d'accréditation syndicale.

Le Syndicat des opérateurs et des employés de service entamera des négociations avec la CSD pour déterminer le montant de la dette accumulée par les travailleurs durant le lock-out de 34 mois qui sera remboursé par les syndiqués d'Alma Toyota, de Rocoto Toyota et de L.G Automobile.

Le représentant du Syndicat des opérateurs et des employés de service du Québec, Yves Imbeault, a précisé à l'émission Café, boulot, Dodo que les travailleurs sont prêts à remettre le montant des prestations qu'ils ont reçues, mais ne paieront pas pour la dette de la CSD.

« Il va falloir qu'ils nous fassent la démonstration que ces gens-là ont reçu des sommes, ajoute M. Imbeault. Ces gens-là ce sont des gens très honnêtes. S'ils doivent de l'argent, ils vont rembourser les sommes qu'ils ont reçues. Pas la dette entière, mais les sommes qu'ils ont reçues. »

Le président par intérim du Syndicat des employés de garage affilié à la CSD, Gaétan Tremblay, affirme pour sa part qu'il va s'assurer que les employés qui changeront d'accréditation paient pour la dette du lock-out.

« On va discuter avec la CSD du recours qu'on peut faire pour récupérer cet argent-là parce que les employés de ces garages-là l'ont eu cet argent-là. Je ne pense pas que ce soit aux autres garages qui sont restés avec la CSD de payer leur dette. On va regarder pour faire un recours ou les poursuivre », prévient-il.

La FTQ souhaite, entre autres, faire réintégrer les syndiqués qui n'ont pas été rappelés au travail à la fin du conflit.

La question en litige

Le Syndicat des opérateurs et des employés de service du Québec a profité d'une courte période légale de maraudage pour courtiser les syndiqués.

La convention collective des travailleurs des 25 concessionnaires automobiles touchés par le lock-out a été approuvée le 8 janvier. Selon l'article 72 du Code du travail, la CSD avait 60 jours après l'approbation de la nouvelle convention collective pour en déposer une copie au ministère du Travail.

La requête en accréditation a été déposée par la FTQ le même jour, deux heures plus tôt, que la CSD remettait officiellement les copies de la convention collective au ministère du Travail.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine