Retour

Les victimes d’infarctus traitées plus rapidement au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les personnes du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui sont victimes d'un infarctus font partie de celles qui sont prises en charge le plus rapidement par le système de santé québécois, selon une étude de l'Institut national d'excellence en santé et services sociaux.

Les données de l'Institut révèlent que 72 % des patients de la région sont soignés dans un délai variant entre 30 minutes et deux heures. La moyenne québécoise se situe à 52 %.

Le chef du département de médecine spécialisée au Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) et cardiologue, Robert Breton, explique qu'un infarctus requiert habituellement deux types de traitements : la fibrinolyse qui dissout le caillot et l'angioplastie qui dilate l'artère. Cette dernière intervention est réalisée à l'hôpital de Chicoutimi.

« Si la fibrinolyse est moins efficace, les patients sont de toute façon tous transférés, dit-il. Donc, ils vont recevoir leur traitement dans les hôpitaux autour du Lac-Saint-Jean et ils vont être systématiquement transférés immédiatement ici. Si la médication n'est pas efficace, ils vont pouvoir bénéficier quand même d'une dilatation. Donc on a le meilleur des deux mondes finalement. »

Ce protocole a été implanté il y a une quinzaine d'années au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Faire encore mieux

Les responsables admettent que chaque région fait face à des réalités et des contraintes différentes. Quoi qu'il en soit, les hôpitaux d'ici sont fiers de leur bilan et cherchent déjà à l'améliorer.

« On s'en va beaucoup vers un modèle où l'ambulance va faire l'électro et on va avoir confirmation peut-être par l'urgentologue qu'il y a vraiment infarctus. Ce qui va nous permettre probablement de faire rentrer le personnel vraiment d'avance, avant même que le patient ne soit rendu ici », ajoute le Dr Breton.

Il existe 14 salles d'hémodynamie pour aider les patients avec des problèmes cardiaques au Québec. La salle de l'hôpital de Chicoutimi traite environ 1500 cas par année.

Plus d'articles