Retour

Lock-out chez les concessionnaires auto du Saguenay-Lac-Saint-Jean : la grogne perdure

Le lock-out qui se poursuit chez les concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean commence à provoquer de la colère. Après quatre jours de négociations intensives, aucun règlement ne pointe à l'horizon.

La grogne des employés de garage enflamme les réseaux sociaux. Plusieurs publient des messages pour exprimer leurs états d'âme sur Facebook notamment.

Le président du syndicat, Georges Bouchard, est même ciblé par des internautes qui le blâment la lenteur des négociations. Des sympathisants n'hésitent toutefois pas à le défendre sur la place publique.

Résignation

Sur les piquets de grève, le contraste est frappant. L'ambiance est plutôt calme et l'attitude ressemble à de la résignation. Les travailleurs rencontrés affirment tous appuyer leur représentant syndical. Ils prétendent que les commentaires qui circulent sur Facebook ne sont pas représentatifs de la réalité.

Pendant ce temps, le premier ministre Philippe Couillard indique que son ministre du Travail a presque complété le projet de loi spécial qui vise à régler ce conflit. « J'ai encore un petit espoir en moi que les gens vont faire la lumière, qu'ils vont s'assoir et se dire entre eux on est pas mal mieux de nous entendre plutôt que de nous faire entendre par quelqu'un d'autre. Maintenant, le gouvernement ne décrètera pas les conditions de travail des gens, dit-il. C'est un conflit privé. Le gouvernement va mettre en place un arbitrage obligatoire et exécutoire. »

Quatre autres journées de négociations avec le médiateur sont prévues à la fin octobre et au début novembre.

Le lock-out touchant 450 employés de garage a été décrété par 27 concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean il y a 31 mois.

Plus d'articles

Commentaires