Retour

Lock-out chez les concessionnaires autos : rencontres de la dernière chance

Une rencontre de médiation a lieu jeudi entre le syndicat des employés de garage en lock-out et les représentants des concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, touchés par le conflit.

La dernière séance de médiation a eu lieu le 20 septembre. À ce moment, le médiateur Normand Gauthier avait établi un calendrier de quatre ultimes rencontres entre les deux parties pour dénouer l'impasse. L'une a lieu jeudi, l'autre vendredi, et les deux dernières au programme seront les 6 et 12 novembre.

En entrevue à Café Boulot Dodo, le président du syndicat CSD, Georges Bouchard, a rappelé que le médiateur s'était montré ferme : si ces quatre rencontres ne sont pas suffisantes pour trouver un terrain d'entente, le gouvernement se mêlera du conflit.

« Est-ce que ces employeurs-là sont en mode règlement? Je ne crois pas, je ne crois pas du tout. Ils sont bien plus encore en mode confrontation. Comme le médiateur a dit, on agira en fonction de leur comportement. Et s'il y a lieu, le gouvernement, comme M. Couillard ou Sam Hamad l'ont dit, légifèrera. »

Les syndiqués espèrent que le processus fera avancer les choses, mais ils doutent de la bonne foi du clan patronal. « Moi je pense simplement que ça peut faire avancer les choses, ça peut avancer un peu, mais d'après moi, on pense tous que les propriétaires, les concessionnaires vont pousser leur luck jusqu'à la fin pour essayer vraiment de, pas de forcer le gouvernement à faire ça, mais peut-être qu'ils se disent que le gouvernement ne s'ingèrera pas là-dedans », affirme l'un d'eux.

« Je ne pense pas qu'on va avoir plus de chances que ça se règle là qu'au début de la médiation, croit un autre employé. Ils vont aller jusqu'au bout des choses pour nous prouver qu'on a tort et qu'eux autres ont raison. »

Le ministre du Travail, Sam Hamad, avait déjà averti qu'il songeait à imposer une loi spéciale pour mettre fin au lock-out si les parties ne réussissaient pas à s'entendre. Questionné dans les couloirs de l'Assemblée nationale, il a réitéré sa confiance envers le processus de médiation. Son ministère est prêt à intervenir, mais le ministre demeure vague sur les actions prévues et la suite des choses si l'impasse persiste.

Le lock-out qui dure depuis deux ans et demi touche 450 employés de garage au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine