Retour

Longs délais d’analyses : le CIUSSS montre du doigt le manque de personnel

C'est un manque de personnel au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui a fait grimper le temps d'attente pour les résultats des examens du cancer du col de l'utérus de deux à six mois au cours des dernières semaines.

Environ 4000 femmes de la région attendent actuellement les résultats de ces tests.

La semaine dernière, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) avait vivement dénoncé la situation.

Le CIUSSS se défend

Le Dr Doria Grimard, spécialiste en microbiologie médicale, affirme que les cas en attente ne sont pas des cas critiques et qu’il s’agit seulement de tests préventifs. Il ajoute que les délais sont passés de six mois à trois mois et demi, ce qui est tout de même au-delà des deux mois recommandés par le ministère de la Santé.

Le CIUSSS explique cette situation par un manque important de personnel dans les hôpitaux de la région.

« Il y a six postes sur dix qui sont occupés actuellement, alors vous comprenez qu’on fait des pieds et des mains pour essayer de satisfaire les besoins de notre région », explique le Dr Grimard.

Autres cas problématiques

Ce délai d’attente s’ajoute à près de 2700 dossiers qui n'ont pas été transmis correctement aux médecins traitants dans les trois hôpitaux de Saguenay.

En mars, Radio-Canada révélait que 700 examens en radiologie effectués dans les hôpitaux de La Baie et de Jonquière avaient été envoyés de façon inadéquate entre 2015 et le début de l’année 2017. On apprend que la gestion de 1995 autres dossiers a connu des ratés.

Une erreur humaine est à l'origine de cet imbroglio. Le CIUSSS assure que les examens critiques ont été transmis aux médecins rapidement par téléphone et entend modifier sa façon de faire.

« Avant l’arrivée du CIUSSS, chaque établissement avait son propre système informatique et ses propres mécanismes d’envoi et de transmission de résultats, explique Joëlle Savard, porte-parole de l’organisation. Dès cet automne, on va mettre sur pied un système pour uniformiser et harmoniser l’ensemble des pratiques et des systèmes, ce qui va permettre d’assurer de la transmission des résultats et de pouvoir assurer la traçabilité aussi des résultats d’examen. »

D'après les informations de Rosalie Dumais-Beaulieu

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine