Retour

Lutte au fentanyl : les travailleurs de rue à la rescousse

La lutte contre les ravages des opioïdes va s'accentuer dans la région. D'ici le début de l'été, les travailleurs de rue du Saguenay-Lac-Saint-Jean seront autorisés à distribuer des trousses de naloxone, un médicament utilisé en cas de surdose.

Un texte de Frédéric Tremblay

La Santé publique espère que cette nouvelle approche permettra de sensibiliser davantage les consommateurs et de prévenir des décès.

En novembre dernier, Québec annonçait que la naloxone, un antidote efficace contre le fentanyl et autres opioïdes, serait distribuée gratuitement et sans prescription dans près de 19 000 pharmacies de la province.Au cours des derniers mois, plusieurs trousses ont été distribuées à des consommateurs, mais la portée du programme est encore limitée.

« Qu'est-ce qu'on veut, qu'est-ce que la santé publique veut? C'est vraiment de rejoindre le plus grand nombre de personnes », explique Janick Meunier, la coordonnatrice du service de travail de rue de Chicoutimi

Le ministère de la Santé veut modifier son approche en demandant l'aide des organismes communautaires de la province.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Santé publique a sollicité un coup de main des travailleurs de rue de Jonquière, Chicoutimi, Alma, Roberval et Dolbeau.

Ces derniers traînent déjà une trousse pendant leur quart de travail. Ils ont reçu une formation pour administrer une dose de naloxone par injection ou en vaporisation nasale en cas de surdose.

Avec ce projet, ils pourront désormais remettre des trousses de naloxone à des usagers et les former pour l'utiliser en cas d'urgence.

« C'est vraiment cette séquence de formation qu'on veut donner : détecter une surdose, reconnaître les signes, administrer la naloxone et appeler le 911 et avant même de détecter une surdose, faire des recommandations aux personnes qui prennent de la drogue comme ne jamais consommer seul », souligne Jean-François Belinga, médecin coordonnateur à la Santé publique.

Les pharmaciens s'impliquent dans le projet

Cette stratégie a nécessité la collaboration de l'Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ), car eux seuls ont le droit de distribuer des médicaments à la population.

L'OPQ reconnaît que cette mesure est exceptionnelle, car la clientèle vulnérable est difficile à rejoindre.

La crise du fentanyl, qui frappe l'Ontario et l'ouest du pays, incite les professionnels de la santé à miser davantage sur la prévention pour éviter les futurs dérapages.

« Ils vont être accessibles dans nos sacs à dos, mais aussi dans le bureau du travail de rue, pour être capable de répondre aux besoins quand les gens vont nous en demander. Quand on n'en aura plus, on va pouvoir retourner en chercher au niveau du CIUSSS pour être capable d'en redistribuer », ajoute Janick Meunier.

Les travailleurs de rue de la région recevront bientôt une formation pour bien encadrer leur nouvelle mission.

Il vont aussi distribuer cet été des bandelettes qui détectent la présence de fentanyl dans les drogues vendues sur le marché noir.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine