Les travailleursd du secteur publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont ceux de la santé affiliés à la CSN, ont voté pour un mandat de grève de six jours.

Dans le secteur de la santé, plus de 40 % des travailleurs concernés se sont prononcés lors d'assemblées générales tenues dans les deux dernières semaines. Ce taux de participation est satisfaisant aux yeux des représentants syndicaux.

L'appui à la grève est interprété comme un message clair de la part de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). « Les gens sont à bout de souffle, sont fatigués, affirme la présidente du syndicat du Centre jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nancy Poulin. Ils ont besoin d'avoir les moyens nécessaires pour aider les enfants et leurs familles les plus vulnérables de notre société. »

Selon les représentants syndicaux, les conditions de travail des employés se sont dégradées depuis l'application de la loi 10. Les offres du gouvernement déposées lors des négociations appauvriront encore plus les travailleurs, croit la présidente du syndicat des employés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS), Sandra Quirion.

« Il faut arrêter de penser qu'on est les gras dur de la société, dit-elle. Ce n'est plus vrai. Le salaire moyen est de 28 000 $ par année. »

Six jours de grève

Le mandat prend la forme d'une banque de six jours de grève qui seront appliqués de façon rotative. Lors de chacune de ces journées, seulement 10 % des employés concernés seront en grève afin de respecter la loi. Le vice-président régional de la FSSS-CSN, Gaston Langevin, promet que ses troupes seront stratégiques.

Le porte-parole du CIUSSS, Jean-François Saint-Gelais, précise que les services essentiels seront assurés. « Il y a eu des ententes qui ont été négociées et conclues avec les syndicats affiliés à la CSN, acceptées par la Commission des normes du travail, ce qui fait en sorte que 90 % des services vont être assurés à la population et 100 % dans les départements les plus critiques comme, par exemple, les soins intensifs et les urgences », indique-t-il.

Le syndicat n'écarte pas la possibilité d'adopter un autre mandat de grève si les offres patronales demeurent inchangées.

Vote des professeurs de cégep

Les enseignants du Cégep de Jonquière embarquent aussi dans le mouvement de grève prévu par le Front commun du secteur public pour l'automne. Ils se sont prononcés à 82 % pour la tenue de six jours de grève.

La présidente du syndicat CSN, Julie Gauthier, a affirmé que les professeurs sont totalement insatisfaits des offres du gouvernement et des nouvelles demandes patronales touchant leur travail.

« On parle d'augmenter les tâches d'enseignement, d'augmenter le nombre d'étudiants dans les classes, de diminuer l'autonomie professionnelle des profs, d'enlever les profs et leur rôle pédagogique dans les comités de programmes, de rendre l'accession à la permanence extrêmement difficile », explique Mme Gauthier.

Les professeurs du Cégep de Saint-Félicien ont également voté pour la grève à 82 %. Ceux des cégeps de Chicoutimi et d'Alma doivent se prononcer la semaine prochaine.

Plus d'articles

Commentaires