Retour

Manifestation à Saguenay contre la culture du viol

Quelque 200 personnes ont marché dans les rues de l'arrondissement de Chicoutimi, mercredi soir, pour dénoncer ce qu'elles appellent la culture du viol.

Pour les organisateurs, dont Isabel Brochu, il s'agit d'une réalité qui est bien présente dans notre société. Elle croit qu'il est temps de faire changer les choses.

« La culture du viol, c'est le fait de banaliser, de ne pas reconnaître, de dire que ce n'est pas grave, de dire que c'est normal et aussi, les victimes sont vraiment stigmatisées. C'est elles qu'on rend responsables », soutient la coorganisatrice.

Les marches, dont celle de Saguenay, ont donc été organisées dans la foulée de l'affaire Sklavounos et des événements survenus récemment à l'Université Laval. Cette initiative citoyenne s'est déroulée simultanément dans six villes du Québec.

Plusieurs femmes issues de divers milieux ont pris la parole avant le début de la marche. Elles tenaient à dénoncer la banalisation des agressions sexuelles.

« Il y a eu plusieurs dossiers. Il y a eu Ghomeshi, il y a eu Marcel Aubut, les femmes autochtones et ce qui est arrivé à l'Université Laval, ça a comme catalysé ça, alors la marche c'est une façon de dire qu'on est tanné, que c'est assez », explique Isabel Brochu.

Les manifestants espèrent que le gouvernement du Québec entendra leur message et qu'il se dotera d'un plan d'action en matière d'agression sexuelle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque