Ils étaient une centaine, samedi midi, devant les bureaux de comté du premier ministre Philippe Couillard à Roberval pour réclamer un meilleur financement des services de garde subventionnés.

Ils étaient venus d’aussi loin que la Gaspésie et la Côte-Nord, à l’instigation de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), pour cette manifestation, qui s’est également tenue à Montréal.

Pour l’occasion, 80 000 cartes postales demandant un financement accru pour les services de garde subventionnés, comme les centres de la petite enfance (CPE) ou les services de garde en milieu familial affiliés, ont été remises.

Pour la CSN, la hausse du coût des services, la réduction des subventions et l’instauration de la facturation modulée selon les revenus des parents mettent en péril un réseau patiemment construit depuis près de 20 ans.

Est-ce que le gouvernement va remplir ces coffres avec ces peanuts-là? C’est inacceptable, il faut réinvestir dans nos enfants, dans notre avenir, et ça passe par des services de garde éducatifs de qualité, comme on les a développés depuis 1997.

Véronique de Sève, vice-présidente de la CSN

En ce sens, les 30 M$ supplémentaires annoncés par Québec pour l’achat de matériel et le financement de sorties culturelles sont jugés insuffisants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine