Six finales, six victoires. Marianne St-Gelais s'est élevée au-dessus de la mêlée aux sélections canadiennes de patinage de vitesse sur courte piste à l'aréna Maurice-Richard.

Déjà gagnante des épreuves de 500 m, 1000 m et deux fois 1500 m, vendredi et samedi, la patineuse de 25 ans s'est de nouveau imposée dimanche lors de la seconde finale au programme aux 500 et 1000 m.

« Après en avoir gagné cinq, je me suis dit que je ne pouvais pas arrêter ça, il me fallait la sixième, a raconté St-Gelais, en qualifiant ce week-end de plus que parfait. Je ne m'attendais pas à cette forme parce que je n'avais pas diminué mon volume d'entraînement dans les dernières semaines. Je me réjouis aussi parce que j'ai essayé des choses différentes sur le plan tactique en vue de gagner, et que je ne suis pas retombée dans mes vieux repères en situation de stress. Ça augure bien pour la suite. »

Six fois parmi les trois premières, Kim Boutin (2e au 500 m et au 1000 m dimanche) aura été la rivale la plus redoutable de St-Gelais.

« Marianne domine depuis le début de la saison à l'entraînement, avoue l'étoile montante. Elle est un beau modèle honnêtement. J'ai pensé à quelques occasions d'essayer de la dépasser, mais m'assurer de la deuxième place me rend satisfaite pour le moment. »

Patinage de vitesse Canada confirmera mercredi l'identité des trois premières patineuses retenues pour les quatre premières Coupes du monde de la saison selon leurs résultats cumulatifs aux épreuves de la fin de semaine.

 Marianne St-Gelais et Kim Boutin seront évidemment du groupe. La sélection de Valérie Maltais devrait être annoncée à ce moment. Trois autres athlètes obtiendront ensuite leur laissez-passer grâce au choix discrétionnaire d'un comité de sélection. Ce même processus de sélection s'applique au volet masculin.

« C'est toujours une surprise la première Coupe du monde de la saison, insiste St-Gelais qui, à 25 ans, a déjà un bon bagage d'expériences sur la scène internationale. C'est un défi de ne pas se comparer aux autres, mais je sais que je serai débordante de confiance pour cette première Coupe du monde qui aura lieu à Montréal à la fin du mois d'octobre. »

Samuel Girard devant Charles Hamelin au 1000 m

Samuel Girard n'a que 19 ans et progresse de manière fulgurante. Le jeune patineur de Ferland-Boileau a devancé pour une deuxième fois en deux jours le vétéran Charles Hamelin à la finale du 1000 m dimanche.

« J'ai prouvé que ce n'était pas un coup de chance et que j'avais ma place au premier rang du 1000 m, a souligné avec un sourire radieux Girard, seul patineur à avoir une banderole à son nom dans les estrades, installée par ses partisans du Saguenay. Charles Hamelin est toujours une cible. On le regarde et on veut être comme lui ou meilleur que lui. C'est notre point de référence. »

Charles Hamelin, lui, acceptait ses deux défaites au 1000 m avec un sentiment du devoir accompli.

« Je m'étais fixé comme objectif d'amener des jeunes à des plus hauts niveaux, Plusieurs jeunes, dont Samuel, ont réussi à se faufiler jusqu'à la finale. C'est vraiment cool, assure le vétéran patineur de 31 ans. Ça prouve que la relève fait son chemin même si mon objectif demeure de gagner. »

Médaillé d'or à Sotchi au 1500 m, Charles Hamelin a décroché la 1re place au classement cumulatif de ces sélections canadiennes durant lesquelles il a triomphé à deux occasions au 500 m et une fois au 1500 m.

Remis d'une blessure à la cheville après un accident à vélo à la fin du mois de mai, Olivier Jean a terminé au 3e rang au classement général, mais il est fort probable qu'il sera absent des Coupes du monde cet automne afin de tenter sa chance en patinage de vitesse sur longue piste.

« Je dois avoir une discussion avec le groupe d'entraîneurs à ce sujet, mais je crois qu'il n'y aura pas de courte piste à mon programme dans les prochains mois, a indiqué l'athlète de 31 ans. Je veux faire un essai sérieux en longue piste. J'ai besoin d'un temps d'adaptation au départ pour découvrir les sensations et m'ajuster, mais je pense que je pourrais peut-être jumeler les deux sports plus tard. »

Patinage de vitesse Canada évaluera le cas d'Olivier Jean dans les prochains jours.

Plus d'articles

Commentaires