Le service de police de Mashteuiatsh cessera ses activités à compter du 31 mars 2016.

Le conseil de bande de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan déclare qu'il n'a plus les moyens de maintenir le service de police autochtone. Il prévoit un déficit de 300 000 $ pour l'année financière en cours. Ces pertes s'ajoutent à un déficit de 1,6 million de dollars accumulé depuis 2011.

Le chef du conseil de bande de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, Gilbert Dominique, affirme que la situation budgétaire difficile de son service de police est attribuable à un mode de financement inéquitable. L'entente entre Mashteuiatsh et les gouvernements du Québec et du Canada prévoit un financement annuel moyen d'environ 50 000 $ de moins par policier que ce qui est prévu pour des services de police au Québec.

Une décision arbitrale survenue en juillet 2014 est aussi montrée du doigt par le conseil de bande de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan. Le jugement a accordé des augmentations de salaire rétroactives de 31 % aux policiers, qui ont eu un impact budgétaire important.

Treize personnes, dont 11 policiers, perdront leur emploi. La Sûreté du Québec offrira le service à compter du 1er avril 2016.

En 2013, une mésentente entre Ottawa et Québec sur le financement des forces policières autochtones avait menacé le maintien du service. Le conseil de bande avait alors choisi de payer le montant de 1,2 million de dollars nécessaire aux opérations du service de police local.

Plus d'articles

Commentaires