Retour

Mashteuiatsh lance un cri du coeur à l’Assemblée nationale

Le chef du conseil de bande de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, a dénoncé à l'Assemblée nationale, mercredi, le manque de financement qui force l'abolition du service de police autochtone de la communauté.

M. Dominique était accompagné du chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec, Ghislain Picard, lors d'une conférence de presse à la veille d'une rencontre avec le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, et du ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelly.

Le chef du conseil de bande de Mashteuiatsh a expliqué l'ampleur du déficit qui touche le service de police.

« Bon an mal an, le service de police de Mashteuiatsh dispose d'un budget d'exploitation de 1,2 million, précise Gilbert Dominique. Dans les faits, il en coûte 1,5 million. Si bien qu'avec les années, le déficit accumulé s'élève à plus de 2 millions de dollars. »

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec, Ghislain Picard, craint pour sa part que d'autres services de police autochtones finissent aussi par être abolis.

« On a une situation où nos policiers autochtones sont financés à peu près aux trois quarts du financement dont bénéficient les autres corps policiers, souligne M. Picard. Et j'ose espérer que le budget fédéral jettera un coup d'oeil sur la situation des services policiers de nos communautés. »

Gilbert Dominique croit qu'il coûtera plus cher au gouvernement de payer les effectifs supplémentaires de la Sûreté du Québec que de rectifier le financement provincial et fédéral de la police autochtone.

Le chef du conseil de bande a déposé vendredi dernier une plainte pour discrimination à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec

Le service de police de Mashteuiatsh cessera ses activités le 31 mars prochain.

Plus d'articles