Retour

Mashteuiatsh maintient son service de police pour deux ans

Le conseil de bande de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan prolonge jusqu'au 31 mars 2018 le mandat de son service de police.

Québec accorde une contribution forfaitaire transitoire de 400 000 $ pour le maintien du service. La communauté innue aura également droit à un financement de 400 000 $ du gouvernement du Canada pour le remboursement des dépenses d'équipement et de formation.

Le gouvernement va aussi déployer un programme axé sur la prévention auprès des jeunes de 125 000 $ par année pendant cinq ans.

Par ailleurs, l'entente prévoit la reconduction de la convention collective des policiers autochtones et le maintien d'une ressource de la Sûreté du Québec pour un an.

« Il s'agit d'une bonne nouvelle pour notre Première Nation qui est en pleine démarche d'autonomie et qui s'assure en tout temps d'agir en tant que gouvernement responsable », affirme la vice-chef aux relations extérieures, Marjolaine Étienne, dans un communiqué.

Le président du syndicat des policiers de Mashteuiatsh, Martin Paul, se réjouit du sursis accordé au service de police autochtone. Selon lui, les sorties du conseil de bande et du syndicat ont porté leurs fruits.

« Il y a plusieurs événements qui sont arrivés, dit-il. Nos sorties ont eu de l'impact, les négociations de notre employeur face au gouvernement ont eu de l'impact, il y a eu les événements malheureux avec Thierry LeRoux, c'était dans une communauté autochtone, ç'a eu beaucoup d'impact. Il y a eu beaucoup de sorties et on commence à réaliser qu'est-ce que la police autochtone. »

En novembre dernier, les élus de Mashteuiatsh ont annoncé l'abolition du service de police autochtone parce que le conseil de bande n'avait plus les moyens de le maintenir. Le service de police devait cesser ses activités à la fin du mois de mars.

Le conseil de bande prévoyait un déficit de 300 000 $ pour l'année financière en cours. Ce montant s'ajoutait à un déficit de 1,6 million de dollars accumulé depuis 2011.

Les plaintes pour discrimination déposées à la Commission canadienne des droits de la personne et à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec sont maintenues.

Le service de police de Mashteuiatsh compte 11 policiers.

Plus d'articles

Commentaires