Matthieu Parente-Soares, accusé notamment d'homicide involontaire sur un homme de 93 ans d'Alma, devra rester en prison en attendant la suite des procédures judiciaires.

Le juge Paul Guimond estime que le ressortissant français représente un risque pour la société. La Couronne avait justement tenté de démontrer qu’il était un manipulateur impulsif et qu’il représentait clairement un risque pour sa belle-famille.

L’avocat de la défense a plutôt répliqué que Matthieu Parente-Soares a démontré, lors de son témoignage, qu’il respecterait ses conditions de remise en liberté. Cette version n’a pas convaincu le juge Guimond.

L’individu de 29 ans est aussi accusé de négligence criminelle ayant causé la mort, de harcèlement et d’incendie criminel à la suite des événements survenus sur la rue Sacré-Cœur dans la nuit du 12 au 13 juin. Il aurait mis le feu à la résidence de son ex-petite amie, causant la mort du grand-père de cette dernière.

Le magistrat a émis une ordonnance de non-publication sur le contenu de l’enquête et sur les témoignages entendus devant le tribunal lors de cette enquête sur remise en liberté.

Mercredi, un enquêteur de la Sûreté du Québec a témoigné pendant près de deux heures au palais de justice d’Alma. L’accusé a aussi pris la parole pendant une quinzaine de minutes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine