Le meurtrier présumé de Sandra Fortin a comparu brièvement lundi après-midi au palais de justice de Chicoutimi.

Luc Hamel, 57 ans, est demeuré impassible lorsque le juge Jean-Paul Aubin l'a formellement accusé du meurtre au premier degré de Sandra Fortin et de l'avoir auparavant séquestrée, emprisonnée ou saisie de force.

« Évidemment, ce n'est jamais facile de se retrouver dans cette situation-là, mais je vous dirais que mon client paraît lucide et semble bien comprendre la situation dans laquelle il se trouve », a mentionné l'avocat de Luc Hamel, Pierre Gagnon.

Circonstances

Mercredi dernier, Luc Hamel, qui est professeur de taï-chi, aurait tué son ancienne amie de cœur, Sandra Fortin, à l'aide d'une arme blanche, dans la rue de La Prairie à Jonquière.

L'homme aurait ensuite transporté le corps de la victime jusqu'à sa résidence de la rue Rimbaud, à Chicoutimi. C'est à cet endroit que les policiers l'ont trouvé, vendredi, et qu'ils ont arrêté l'accusé.

Pour l'instant, la preuve demeure toutefois incomplète.

« Je suis en mesure de vous confirmer que l'enquête est toujours en cours », s'est contenté de dire le procureur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Sébastien Lebel.

Des expertises techniques doivent se poursuivre au cours des prochains jours.

« C'est vraiment fragmentaire, ce qu'on a reçu. Alors, vous dire quelles sont les circonstances exactes de cette affaire-là, c'est impossible pour moi cet après-midi », a expliqué Pierre Gagnon.

D'autres accusations pourraient être déposées dans ce dossier. Luc Hamel sera de retour le 30 mars au palais de justice de Chicoutimi pour la tenue de son enquête préliminaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine