Des traces noircies au plafond inquiètent les utilisateurs de l'aréna de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). La direction se veut rassurante.

Sept ans après sa construction, l'aréna de l'UQAC est aux prises avec des problèmes de moisissure.

La direction de l'université, qui gère le bâtiment, a procédé à des analyses qui confirment la nature de la détérioration du plafond.

Selon la directrice des communications de l'UQAC, Marie-Karlynn Laflamme, il y a eu de la condensation, l'été dernier, lors de la fabrication de la glace puisqu'il faisait très chaud à l'extérieur.

Qualité de l'air sous la loupe

La direction de l'UQAC assure que la qualité de l'air ne menace pas la santé des utilisateurs.

Des mesures sont en place pour s'assurer qu'il n'y a rien de dangereux dans l'air.

« On s'assure que l'air ambiant est exempt de spores de champignons, qu'il est respirable, et il n'y a pas de problème. On effectue ces tests-là de façon sporadique et de façon cyclique », explique Marie-Karlynn Laflamme.

L'équipe qui entretient la glace essaie aussi de contrôler l'humidité en augmentant la ventilation.

Problèmes récurrents

L'aréna de l'UQAC a été en partie financé par la Ville de Saguenay, au coût de 12 millions de dollars, en 1999.

Depuis, plusieurs problèmes ont fait surface. À l'extérieur, le bois a noirci à plusieurs endroits.

L'UQAC et la Ville cherchent donc la meilleure solution pour éradiquer ce problème de moisissure. Un scellant pourrait être appliqué sur le bois, le printemps prochain.

D'après les informations de Mélanie Patry

Plus d'articles