Retour

Mort d’un travailleur sur un chantier d’Hydro-Québec : la CNESST dévoile ses conclusions

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) estime que les responsabilités sont partagées pour la mort d'un travailleur forestier sur un chantier d'Hydro-Québec au Lac-Saint-Jean.

L’homme est mort écrasé sous les roues d'un débardeur servant au transport des arbres, le 7 juin 2016, sur le chantier de la ligne Chamouchouane-Bout-de-l'île.

L'individu était un employé de l'entreprise forestière MIDIFOR de Saint-Gilles-de-Lotbinière. Il comptait 20 ans d’expérience dans le domaine du déboisement, dont dix auprès de cette entreprise.

ConclusionsSelon le rapport d'enquête dévoilé mercredi par la CNESST, la machine n'aurait pas dû se trouver à proximité du lieu de préparation. De plus, le conducteur n'a pas effectué toutes les manœuvres de sécurité pour s'assurer de l'immobilité du véhicule ni vérifié ses angles morts. Par ailleurs, la victime elle-même ne s'est pas assuré d'être vue par le conducteur.L’inspecteur Jean-Martin Cloutier affirme que l’accident aurait pu être évité.

C’est vraiment multifactoriel. Et d’ailleurs, si on contrôle ou élimine l’une des quatre causes qu’on a trouvées, l’accident n’a pas lieu.

Jean-Martin Cloutier, inspecteur

La Commission analyse toujours la possibilité de donner des constats d'infraction dans ce dossier.

D'après les informations de Denis Lapierre.

Plus d'articles

Commentaires