Retour

Mort de Kathleen Haché-Binette : la preuve est close pour Jean-Philippe Blanchette

La preuve est close au procès de Jean-Philippe Blanchette, un Saguenéen accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse ayant causé la mort de sa conjointe Kathleen Haché-Binette, le 15 août 2014.

Un texte de Gilles Munger

Lundi, Jean-Philippe Blanchette a livré un témoignage qui a duré 2 h 30 devant le jury.

Ce dernier a soutenu qu’il n’a jamais vu le ravin dans lequel sa Jeep a culbuté en raison de la position surélevée du véhicule et de la tombée de la nuit.

La Jeep a effectué au moins un tonneau avant de s’immobiliser.

Le prévenu avait pris trois bières lors de cette soirée. « Ma vie s'est écroulée, je regrettais de ne pas être mort avec [elle] », a-t-il soutenu pour expliquer son comportement incohérent avant et après son arrestation.

La poursuite contre-interroge

En contre-interrogatoire, le procureur de la couronne, Jean-Sébastien Lebel, lui a rappelé que ni lui ni la victime n'avaient bouclé leur ceinture de sécurité.

Il a également fait valoir que son véhicule éclairait le terrain sur une distance de 40 mètres et qu'il avait grimpé sur des rochers avec sa Jeep alors que la nuit était déjà tombée.

Me Lebel a demandé à plusieurs reprises à Jean-Philippe Blanchette s'il changerait quelque chose pour éviter que l'accident se produise.

À aucun moment, l'accusé n'a admis qu'il n'aurait pas dû boire. Pourtant, c’est ce qu’il aurait affirmé en premier à ceux qui lui ont porté secours après l'accident.

Les avocats livreront leurs plaidoiries mardi. Elles seront suivies des directives du juge Denis Jacques et des délibérations du jury.

Plus d'articles

Commentaires