Retour

Norbord prépare la relance de l’usine de panneaux de Chambord

Une équipe de l'entreprise Norbord, propriétaire de l'usine de panneaux de Chambord depuis l'automne dernier, était de passage jeudi pour visiter les installations.

« La décision sera plus administrative que technique, mais techniquement, un an, dix-huit mois, on serait prêt », affirme Teja Schubert, directeur technique de Norbord.

Jamais depuis que l’usine, autrefois propriété de Louisiana Pacific, a été fermée il y a huit ans, a-t-on invoqué aussi clairement la possibilité d’une reprise de la production.

Cette visite a permis de voir de façon plus précise ce qui sera nécessaire pour faire redémarrer les machines et rappeler les travailleurs.

« On est très excité de voir toutes les possibilités qu’on aura ici pour le futur redémarrage et pour l’agrandissement de cette installation », ajoute M. Schubert.

Encore beaucoup d’éléments à mettre en place

Tout n’est certainement pas réglé en vue d’une prochaine relance. L’entreprise doit d’abord trouver les 750 000 mètres cubes de bois nécessaires chaque année pour assurer la rentabilité de la production de panneaux à lamelles orientées (OSB).

Actuellement, Norbord n’a des garanties que pour 450 000 mètres cubes, provenant de ce qui reste des approvisionnements en forêt publique de Louisiana Pacific et du Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le reste doit être négocié avec le gouvernement du Québec. Selon le directeur de Norbord au Québec, Alain Légaré, « ils se sont montrés très très réceptifs et on est confiant de pouvoir combler nos besoins pour repartir l’usine de Chambord ». Une réponse est attendue en mars.

L’autre élément important demeure le calendrier d’investissement. Norbord doit décider si l’agrandissement et les améliorations seront réalisés de façon progressive ou bien d’une seule traite.

Occasion de développement

Cet optimisme affiché par la direction de Norbord réjouit le maire de Chambord, qui voit déjà d’autres entreprises s'implanter autour de l’usine.

Ce n’est pas de devenir centré uniquement sur une ligne de produits, mais essayer de créer autour une grappe de petites industries qui pourraient nous faire des produits de deuxième, troisième, quatrième transformation.

Gérard Savard, maire de Chambord

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine