Retour

Nos lacs menacés par des poissons rouges et d’autres espèces étrangères

Se débarrasser de ses poissons rouges dans un lac n'est pas un geste banal et les résidents du lac Fillion, dans le secteur de Shipshaw, en savent quelque chose puisque leur plan d'eau est envahi depuis plusieurs années par ces espèces étrangères.

Gaétan Simard, qui habite l'endroit depuis 40 ans, a vu les poissons rouges se multiplier dans le lac Fillion.

« C'est quelqu'un qui a vidé une carafe de son poisson rouge, il voulait s'en débarrasser donc il l'a vidée dans le lac, affirme M. Simard. Je ne pensais pas que ça peuplait comme ça. Un moment donné, il y en avait deux pieds d'épais et cinq pieds de long et ils se tiennent tous ensemble. »

La biologiste Amélie Bérubé constate qu'une situation comme celle du lac Fillion se produit trop souvent. Elle prévient que les poissons rouges peuvent déranger la biodiversité du lac.

« Les gens ne sont pas conscients ou il ne pense pas que le poisson va réussir à survivre, souligne-t-elle. Ils ne veulent pas l'euthanasier eux-mêmes, ils vont le mettre dans un lac. »

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs étudie présentement différents plans d'eau de la région où des espèces étrangères ont été introduites.

En plus d'avoir un impact sur la faune et la flore du lac, les conséquences peuvent être catastrophiques pour l'industrie de la pêche. Amélie Bérubé cite l'exemple de la barbote brune introduite dans le lac Saint-Jean et du meunier noir dans les lacs des monts Valin.

« Ç'a eu des répercussions énormes pour la qualité de pêche et le bonheur des pêcheurs, mais vraiment au niveau [financier], ç'a eu des répercussions importantes », indique la biologiste.

Le ministère a installé des murets sur certains plans d'eau de la région afin d'éviter que les espèces étrangères se propagent d'un lac à l'autre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine