Le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris ont signé une entente pour résoudre le litige qui les oppose sur l'exploitation forestière sur un vaste territoire qui s'étend du lac Saint-Jean à la baie James.

Le grand chef Matthew Coon Come soutient que cet accord, qui voit le jour après six mois d'intenses discussions menées par l'ancien premier ministre Lucien Bouchard, marque non seulement « la fin d'une dispute », mais « le début d'une nouvelle phase dans le partenariat de nation à nation ».

« Aujourd'hui, nous posons un autre jalon significatif dans la relation de nation à nation entre le Québec et les Cris », a ajouté le premier ministre Philippe Couillard.

Philippe Couillard a par ailleurs invité avec insistance la communauté innue, qui occupe aussi une partie du territoire désigné, à se joindre à l'entente.

Les Innus de Mashteuiatsh ont cependant rapidement fermé la porte à cette demande du premier ministre et dénoncé « les tractations de coulisse du Grand Conseil des Cris ». Dans un communiqué, ils ont réitéré leur opposition à cet accord, exigeant du gouvernement qu'il renonce à sa mise en œuvre, « sous peine de poursuites ». 

Les Innus du Lac-Saint-Jean estiment que l'entente ampute leur territoire ancestral de 7000 kilomètres carrés.

Conflit entre les Autochtones et l'industrie

Depuis plusieurs années, les Cris accusent le gouvernement et l'industrie forestière de se livrer à des coupes à blanc sur ce vaste territoire, pourtant reconnu par Québec en 2002 comme faisant partie des terres ancestrales des Cris.

L'entente Baril-Moses, signée en même temps que la Paix des braves, avait été conclue par le ministre Jacques Baril et le grand chef des Cris Ted Moses. Elle prévoyait également l'application de règles particulières pour l'industrie forestière.

Les Cris estimaient que le gouvernement viole les dispositions prévues dans cette entente en permettant à l'industrie forestière d'exploiter ses territoires de chasse et de pêche traditionnels.

La nation crie avait d'ailleurs intenté en 2013 une poursuite de 13 millions de dollars contre le gouvernement provincial et envoyé une mise en demeure à l'entreprise forestière Résolu, il y a quelques semaines.

Détails de l'entente

La nouvelle entente prévoit une harmonisation, d'ici le 1er décembre, des activités forestières sur les territoires définis par le document Baril-Moses, notamment des activités de pêche, de chasse et de trappage, afin de tenir compte des préoccupations des Cris.

Québec s'engage également à respecter les modalités de l'entente Baril-Moses jusqu'à ce qu'un groupe de travail conjoint Cris-Innus-Québec, qui doit être mis sur pied, arrive à un consensus quant aux normes de gestion forestière sur le territoire. L'échéancier est de cinq ans.

L'entente vise aussi à protéger la forêt boréale et la biodiversité. Une aire protégée de 9134 kilomètres carrés sera créée dans cette région.

Des mesures de protection additionnelles seront également mises en place pour favoriser le rétablissement du caribou forestier au Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ils en repêchent par milliers chaque année à Amsterdam





Rabais de la semaine