Yves Martin, ce chauffard qui aurait décimé une famille de Saint-David-de-Falardeau au début du mois d'août, était de retour en cour vendredi.
Le directeur des poursuites criminelles et pénales attendait les résultats des tests sanguins avant de déposer de nouvelles accusations contre l'homme de 35 ans.

Déjà accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort, Yves Martin fait maintenant face à quatre nouveaux chefs d'accusation.

Deux pour avoir conduit un véhicule alors que son taux d'alcoolémie dépassait les 80 milligrammes et pour avoir causé la mort de Vanessa Viger, de Mathieu Perron et de leur fils, Patrick. S'ajoutent à cela deux autres chefs d'accusation de négligence criminelle ayant causé la mort.

« L'enquête n'est pas terminée, mais elle est près de s'achever. Il n'y aura pas de nouveaux chefs portés », affirme la procureure des poursuites criminelles et pénales, Marie-Josée Hamelin-Gagnon.

Yves Martin a des antécédents en matière de conduite avec les facultés affaiblies. Cette fois-ci, les évènements remontent au 1er août. Il aurait causé une collision dans le rang Saint-Paul, à Laterrière, accident qui a été fatal pour une famille de Saint-David-de-Falardeau.

La poursuite et la défense refusent toutefois de divulguer le taux d'alcoolémie de l'accusé au moment de l'accident.

L'avocate d'Yves Martin, Roselyne Bouchard-Zee, admet que le taux présenté en preuve représente un facteur aggravant.

L'accusé demeure détenu. Il reviendra en cour mercredi prochain pour subir son enquête sur remise en liberté.

Plus d'articles

Commentaires