Les 22 policiers autochtones de la communauté d'Obedjiwan ne sont plus en fonction depuis minuit.

Le conseil de bande a demandé à la Sûreté du Québec d'assurer le service puisqu'il n'est pas parvenu à s'entendre avec le gouvernement du Québec pour son financement.

Il y a deux semaines, Mashteuiatsh s'est finalement entendu avec le gouvernement pour maintenir son service de policependant deux ans. Il devait être aboli le 31 mars, faute de financement.

Dans un communiqué, le conseil de bande d'Obedjiwan indique que le gouvernement refuse de respecter une entente conclue l'an dernier. Selon les élus, Québec devait assumer le déficit du service de police jusqu'à un montant de 600 000 $.

« Le gouvernement ne veut vraisemblablement pas agir de bonne foi, affirme le chef d'Obedjiwan, Christian Awashish. Il semble que notre communauté n'ait pas droit, au même titre que les autres citoyens du Québec, à un service policier adéquat et permanent répondant aux besoins réels des gens dans la communauté. »

Le conseil de bande d'Obedjiwan ajoute que la décision de Québec est inacceptable. « Les négociateurs du ministère de la Sécurité publique ont encore une fois sapé notre confiance avec des promesses non tenues », déplore M. Awashish.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine