Retour

« On ne me parle pas beaucoup des migrants » - Denis Lebel

Le candidat conservateur Denis Lebel dit constater que la crise des migrants n'est pas un sujet qui préoccupe les citoyens, du moins dans sa circonscription.

Sans vouloir minimiser le drame que vivent les migrants, Denis Lebel soutient que très peu de gens l'interpellent sur cette question dans ses tournées de campagne dans Roberval-Lac-Saint-Jean.

« Chez moi, j'en entends très peu parler, dit-il. [...] J'ai visité 30 municipalités de mon comté cette semaine, on me parle pas mal plus d'industrie forestière, d'économie, de pain pis de beurre, pis des milliards de déficits du pays avec d'autres partis. On ne me parle pas beaucoup, au Lac-Saint-Jean, de la question des migrants . »

Et lorsqu'on lui en parle, Denis Lebel assure que les gens sont d'accord avec l'approche de son parti. « Ce qu'on nous dit est que l'approche du Parti conservateur est l'approche équilibrée nécessaire pour le pays ».

Depuis la publication, la semaine dernière, de la photo du jeune syrien Alan Kurdi retrouvé mort noyé sur une plage turque, les adversaires des conservateurs, mais aussi des provinces et des municipalités, critiquent leur position sur l'accueil de réfugiés au pays. Ils le pressent d'ouvrir les portes du pays pour accueillir davantage de réfugiés syriens.

Les conservateurs maintiennent que l'accueil de réfugiés n'est qu'une des trois façons de s'attaquer au problème, avec l'aide humanitaire et les frappes militaires contre le groupe armé État islamique.

Au début de la campagne, les conservateurs ont promis d'accueillir 10 000 réfugiés syriens de plus d'ici quatre ans. Au début de l'année, le gouvernement Harper a annoncé sa volonté d'accueillir 10 000 réfugiés syriens sur trois ans et 3000 Irakiens en 2015. Jeudi, le chef conservateur, Stephen Harper, a toutefois promis de dire sous peu ce qu'il fera concrètement pour accélérer le processus d'accueil de réfugiés au Canada.

Le Nouveau Parti démocratique a promis de faire en sorte que le Canada reçoive 46 000 réfugiés syriens d'ici 5 ans, comme le demande l'ONU.

Le Parti libéral du Canada, de son côté, souhaiterait voir le Canada accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici le 31 décembre.

Plus d'articles

Commentaires



Rabais de la semaine